AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sous la pluie [Cold Case]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camz
Baiser de Pete


Féminin
Nombre de messages : 569
Age : 29
Ship : Piolet ♥
Doudou officiel : George Clooney, What Else ?
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Sous la pluie [Cold Case]   Ven 7 Déc - 19:29

Petite "préface" avant de commencer : j'ai essayé de construire cette fic comme un vrai épisode de la série, en privilegiant l'enquête sur les relations entre les personnages recurrents. L'action se situe en 2006, et même si Kat devrait peut-être y figurer (comme on est décalé en France, je sais plus trop), elle n'y est pas. Ça se situe à peu près début saison 3 on va dire.
J'ai écrit ça un peu comme un scénario, donc il y a très peu d'explications concrètes des sentiments des divers personnages mais plutôt des descriptions de ce qu'on verrait à l'écran si c'était filmé (étudiante en cinéma hein, on s'refait pas! lol). Pour plus de réalisme, j'ai même été jusqu'à chercher des musiques de l'époque pour accompagner les scènes de flash-back, à écouter en même temps de préférence pour se mettre dans l'ambiance ^^ (ce sont des liens de vidéos sur youtube mais faut pas regarder les images, juste mettre le son et revenir lire la fic)
Petite légende : entre / / la date et parfois le lieu. entre [] les détails "techniques" (et encore, j'vous ai épargné les mouvements de caméra! lol).

Voilà, fini le ptit speech, place à la fic !


=======================================

/ 5 mars 1993 /
[Musique : "All I Wanna Do" de Sheryl Crow
http://www.deezer.com/track/20787 (à écouter en lisant)]

La nuit vient de tomber sur Philadelphie. Dans une grande maison d’un quartier résidentiel, on peut voir à travers les grandes baies vitrées du salon trois adolescentes d’environ 13 ans en pleine pyjama-party. Devant la maison, une voiture arrive et se gare. Dedans on distingue un homme (Paul Walker) - bien habillé, portant de grandes lunettes marrons, les cheveux courts et bruns - une fille (Amy), une adolescente plutôt jolie avec des yeux bleus et de longs cheveux roux, qui tient son sac très près d’elle et semble en colère contre son chauffeur.

PAUL W. : Terminus tout le monde descend.

Amy enlève sa ceinture et commence à ouvrir la porte.

PAUL W. : Dis pas merci surtout, déjà que ta mère a du me bassiner pendant des heures pour que je t’emmène !
AMY, sans tourner les yeux vers lui ni lui accorder le moindre signe de sympathie : Merci.
PAUL W. : Ah quand même.

Amy sort de la voiture et claque la porte violemment. Elle se dirige vers la porte et sonne. Une fille de son âge vient lui ouvrir, et voyant que le père de son amie est encore dans la voiture devant la maison elle le salue.

AMY : Te fatigues pas Dawn, il me mérite pas ce soir.
DAWN : Qu’est-ce qui s’est passé ?
AMY : Rien, on s’est disputé. Mais on oublie, je suis là pour m’amuser !!

Amy entre et pose son sac dans l’entrée. La maison est immense, l’escalier à gauche de l’entrée est en marbre, et on distingue un couloir et une cuisine à droite. Le salon, seule pièce éclairée, se trouve en face de la porte d’entrée. Amy et Dawn y pénètrent et rejoignent les autres invitées. Elles sont toutes en pyjama, assises en rond autour d’une table basse remplie de produits de maquillage qu’elles sont en train d’essayer. L’une d’elle, une fille plutôt ronde avec une chemise de nuit de fillette, se tourne vers Amy lorsqu’elle arrive vers elles.

FILLE 1 : Regarde Amy, ce rouge-là il me va ?
AMY : A merveille Caly ! Avec ça je suis sûre que ton Tony chéri craquerait de suite !
DAWN : Ça va surtout très bien avec la couleur du lapinou sur ta chemise de nuit !!

Toutes les filles se mettent à rire, sauf Caly qui est vexée.

CALY (FILLE 1) : Mais arrêtez avec ça, c’est pas ma faute si ma mère ne veut pas me laisser acheter un pyjama sympa et m’oblige à garder mes vieilles affaires !

La soirée se poursuit, les filles s’amusent bien. Une ellipse nous amène un peu plus tard. Toutes les filles sont maquillées, et Amy porte désormais un pyjama vert qui va parfaitement avec ses jolis cheveux roux.

DAWN : Hey les filles, si on regardait un film ? Mon père a acheté toute la série « Les dents de la mer » hier, ça vous dit une soirée requin ?
TOUTES : Coooool !!
FILLE 2 : T’es la meilleure Dawn !!

La jeune Dawn, se lève pour aller prendre la cassette dans un meuble près de la télévision pendant que ses invitées laissent le maquillage et s’installent sur le canapé et les fauteuils. Sur le seuil du salon, un homme souriant apparaît. A première vue, on pourrait parier qu’il est avocat. Il a tout à fait la tête de l’emploi, ainsi que l’attitude.

HOMME : Ça va les filles ? Vous vous amusez bien ?
DAWN : Papaaa, tu m’avais promis de pas nous déranger !!
HOMME / PERE DE DAWN : Je sais, mais je viens de finir mes dossiers et j’allais me chercher un verre de lait avant d’aller me coucher alors je voulais en profiter pour voir si tout se passait bien.
AMY : Tout se passe très bien Mr.Smith !
DAWN : Oui, tout se passe bien, allez bonne nuit.
PERE DE DAWN / MR SMITH : C’est ça oui, bonne nuit les filles. Amusez-vous bien.
AMY : Ah au fait, je vous ai ramené la cassette du film que vous aviez prêté à mon père. Elle est dans mon sac dans l’entrée si vous voulez la reprendre.
MR SMITH : Merci Amy.

Le père de Dawn disparaît vers la cuisine.

DAWN : Ce qu’il peut être collant !
AMY : Au moins il est sympa, il se soucie de toi et de tes amies, pas comme le mien…
DAWN : Mouais, je sais pas ce qui est le mieux. Bon allez on le regarde ce film ?
CALY ET FILLE 2 : Ouiiiii !! Le requin ! Le requin ! Le requin ! Le requin !

Au milieu de cette hystérie générale et pendant que Dawn insère la cassette dans le magnétoscope et fait les derniers réglages, Amy reste pensive un instant. Quelque chose ne va pas entre son père et elle, c’est certain. Mais elle ne veut pas en parler à ses amies, qui se toute façon sont trop occupées à vouloir se faire peur avec « Les dents de la mer ». Lorsque Dawn met en route la cassette et vient s’asseoir, les autres continuent à répéter « le requin », et Amy s’y met aussi jusqu’à ce que le film commence, tandis qu’on voit la scène à travers la baie vitrée sur laquelle des gouttes de pluies commencent à tomber.

[La musique s’affaiblit pour disparaître ensuite complètement, remplacée par une musique de la série. On change d’endroit et de moment]

Plus tard dans la nuit, dans un chemin désert au milieu d’une forêt, il tombe des cordes et le chemin est boueux. Sur le côté, on distingue une forme par terre. Il s’agit du corps sans vie d’Amy, habillée du même pyjama vert mais cette fois sali de terre et mouillé par la pluie. Ses cheveux roux sont étendus au milieu de la boue, son visage est rempli de sang et la pluie a fait couler son maquillage, qui s'est mélangé au rouge de son sang. Autour d’elle, le sang se mêle peu à peu avec la terre boueuse du sol.

Dans la salle des archives, un policier range un carton sur lequel on peut lire « CLOSED – 93 - WALKER, A. – 556-115 ».


/ Aujourd’hui (2006) /

Devant le grand building de la police de Philadelphie, Lilly Rush passe les grandes portes vitrées un café à la main. Scotty Valens arrive juste derrière elle, la salue, et ils se dirigent tous deux vers les ascenseurs.
Quand ils arrivent à leur étage, ils croisent Nick Vera dans le couloir, qui est en train de s’énerver son portable à la main.


VERA : Ouais c’est ça, attend que j’te r’trouve p’tit merdeux et ça va chauffer pour tes oreilles !!

Il raccroche en furie, sous le regard intrigué de ses collègues.

SCOTTY : Un problème Vera ?
VERA : Non rien juste un mec qui me fait des blagues de mauvais goûts depuis hier soir. Le p’tit c** ne sait pas sur qui il est tombé !

Lilly et Scotty s’échangent un regard amusé. Ils avancent tous les trois dans le couloir et arrivent près de leurs bureaux où les attend John Stillman, une enveloppe à la main.

LILLY : Bonjour chef !
STILLMAN : Bonjour Lilly. Vous tombez bien. On a reçu cette lettre ce matin.

Il lui tend l’enveloppe, sur laquelle on peut y voir une étiquette faite à l’ordinateur, ainsi qu’une phrase manuscrite qui retient l’attention de Lilly.

LILLY : « A l’attention des enquêteurs du passé ». On sait d’où elle vient ?
STILLMAN : Non, pas de timbre, pas d’adresse. Peut-être qu’il y a un nom à l’intérieur.

Lilly jette son café dans une poubelle, ouvre l’enveloppe avec délicatesse et en sors une feuille blanche où sont collés des mots découpés d’un journal. Elle la prend par les bords pour éviter d’y laisser trop d’empreintes et la lit à ses collègues.

LILLY : « PAUL WALKER N’ETAIT PAS COUPABLE. VOUS DEVEZ VENGER AMY. »
VERA : Un témoin anonyme ?
LILLY : Ou un meurtrier rongé par la culpabilité.
SCOTTY : Qui est Paul Walker ?
STILLMAN : Selon mes souvenirs il s’agit d’un père qui a assassiné sa fille. Il est en prison depuis une dizaine d’années.
LILLY : Peut-être plus pour longtemps on dirait…

Dans l’enveloppe, il reste un papier que Lilly sort également. Il s’agit d’une photo de la jeune Amy, qui arbore un sourire discret et dont les cheveux roux illuminent le visage et font ressortir ses magnifiques yeux bleus.

(Tilly Mendelbrot)


[Générique http://fr.youtube.com/watch?v=v_ZinhyJKAQ ]

... la suite quand vous aurez fini de regarder le générique (et si le début vous plait) Laughing


Dernière édition par Camz le Jeu 12 Juin - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camzmldesign.free.fr
gingertwist
||||| Private Admin ||||| Call me Mrs Chambers !


Féminin
Nombre de messages : 2689
Age : 34
Localisation : In bed with Karev
Ship : Addex forever
Doudou officiel : Justin Chambers
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Sam 29 Déc - 2:12

Alors p'tite question : si l'on ne connait pas du tout (ou quasiment pas la série), c'est possible de lire la fic ou je risque d'être completement perdue?

_________________

Videos
Apple-IRIS-Breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Sam 29 Déc - 4:12

Euuuh bah oui c'est possible de la lire sans être trop perdue, mais juste pour t'aider : (histoire de visualiser les personnages et en savoir un peu plus sur eux)



Lilly Rush : cette professionnelle chevronnée, qui se laissait guider jusqu'alors par son intuition et sa compréhension de l'esprit criminel pour débrouiller des affaires criminelles courantes, est prête à relever les nouveaux défis qui l'attendent : ré-interroger des témoins dont la vie a changé du tout au tout, mettre à profit les avancées scientifiques et trouver de nouveaux indices sur des affaires jugées à l'époque insolubles... En même temps, elle est parfaitement consciente que ses investigations risquent de rouvrir d'anciennes blessures, voire de pousser les assassins à récidiver.
Dans les situations inextricables, Lilly Rush cherche conseil auprès de son mentor, le respecté lieutenant John Stillman. Elle a aussi pour coéquipiers le détective Nick Vera, un dur à cuire qui n'hésite pas à recourir à la force pour obtenir des aveux, Will Jeffries et son coéquipier Scott Valens. Pour Lilly Rush, ce nouveau poste représente un tournant décisif dans sa carrière et elle met un point d'honneur à veiller à ce qu'aucune victime ne tombe dans l'oubli.
Avant d'enquêter sur les affaires classées, Lilly faisait partie d'une brigade criminelle courante. Elle a choisi de s'occuper des affaires classées après qu'une femme, Bonita, lui a avoué avoir été témoin d'un crime, 27 ans auparavant.
Elle est sensible, volontaire, obstinée et intelligente et experte en psychologie criminelle. Ses relations familiales sont houleuses, notamment avec sa sœur qui a été la petite amie de Scotty Valens.

Scotty Valens : natif de Spring Garden, l'un des quartiers de Philadelphie, il est le dernier inspecteur à rejoindre l'unité dirigée par Lilly Rush au sein du bureau des homicides.
Scott lit dans les gens comme dans un livre. Il est expert pour obtenir de n'importe qui une confession. Un garçon foncièrement gentil : il est le confident de Lilly et son partenaire le plus proche. Il paraît parfois arrogant, principalement en raison d'un sentiment de compétition exacerbé qu'il ressent en arrivant dans le service.Son personnage est hanté par de mauvais souvenirs , en effet son grand frère a été victime de viol par leur coach de boxe pendant son enfance ce qui explique sa profonde haine envers les pédophiles.

John Stillman : lieutenant de police, mentor de Lilly et chef de l'équipe et de la brigade. Il est patient, compréhensif et dur quand il faut l'être. Il a des problèmes relationnels avec son ex-femme et sa fille.

Nick Vera : inspecteur de police, il est réputé pour soustraire avec rudesse les aveux des coupables, gentil et à l'écoute. Ses qualités sont sa force physique et la persévérance mais il manque de finesse avec les témoins.

Will Jeffries : inspecteur de police, c'est le vétéran de la brigade et le lien de Lilly avec le passé. Il est sage, doux, diplomate. C'est la mémoire vivante du service. Perturbé par la mort de sa femme percutée par un poids-loud durant l'hiver 1995, il manque de recul quand une enquête le concerne de trop près.

Sinon Camz, je lirai la fic demain avec le son et tout ça... Je sens que je vais aimer !

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Sam 29 Déc - 21:03

Ayé je viens de lire Camz et franchement, j'adore trop !

L'écriture scénario me va tout à fait. On perd pas de temps à décrire tout et n'importe quoi... lol

Et l'histoire est bien ! Moi je veux la suite alors j'espère que tu l'écriras ! Je m'y croyais trop !

Pour les musiques c'est sympa d'en insérer, ça fait comme dans la série et justement, la musique tient un rôle important dans Cold Case. Bien joué !
Par contre, tu peux aussi chercher sur radioblog au lieu de YouTube (faut penser aux ordis lents qui mettent 3h à charger une vidéo. Sur radioblog t'as que la chanson, ça va plus vite !)

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
Camz
Baiser de Pete


Féminin
Nombre de messages : 569
Age : 29
Ship : Piolet ♥
Doudou officiel : George Clooney, What Else ?
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Mer 2 Jan - 3:30

C'et très possible de la lire sans connaitre trop la série parce que c'est l'enquête qui prime ^^

La suite est déjà écrite et elle est même finie entièrement cette fic, mais j'aime entretenir le suspense en mettant petits bouts par petits bouts Very Happy

J'avais cherché les morceaux sur radioblog, mais comme c'est que des trucs qui datent de 93 j'ai pratiquement rien trouvé, et quand je trouvais ça marchait pas, c'est pour ça que je me suis rabatue sur youtube... ^^

Edit : J'ai changé pour des liens deezer Very Happy

Bon ben je met une p'tite suite alors.

======================================




... [Générique] - Sous la pluie

Dans la salle des archives, Scotty, Vera et Stillman sont réunis autour de Lilly, qui elle est à croupi avec la boîte d’archive blanche du dossier Amy Walker aux pieds. Ils étudient tous les éléments de l’époque et lisent les rapports pour en savoir plus sur cette affaire. Jeffries les rejoint.

JEFFRIES : Pardon pour le retard, un problème de voiture. Qu’est-ce qu’on a aujourd’hui ?
LILLY : Amy Walker, 13 ans, retrouvée morte sur un chemin de forêt le 6 mars 1993, battue à mort. Elle était à une pyjama-party chez une amie, son père est venu la chercher en pleine nuit et elle a été retrouvée morte le lendemain. Il a pris perpette pour infanticide.
SCOTTY : Mais ce séjour à vie pourrait bien s’écourter grâce à ceci.

Scotty tend à Jeffries une photocopie de la lettre anonyme qu’ils avaient reçue et lue ensemble.

JEFFRIES : Hmm. On sait de qui elle provient ?
STILLMAN : On a envoyé l’original pour relever d’éventuelles empreintes, si il y en a ce n’est plus qu’une question de temps.
SCOTTY : Vous pensez vraiment qu’un gars qui écrit une lettre comme ça laisserait ses empreintes dessus ?
STILLMAN : Ça ressemble à une lettre anonyme « amateur », la personne qui l’a faite a découpé des journaux parce qu’elle a vu ça dans les films mais je ne pense pas qu’elle soit allée jusqu’à mettre des gants. Du moins j’espère.
LILLY : Tiens c’est étrange, les dépositions des jeunes filles présentes ce soir là se contredisent. Bizarre que ça n’est pas été relevé à l’époque…

Les inspecteurs tournent ensemble la tête vers Lilly pour l’écouter.

LILLY : …Caly Goodman, une des invitées, dit que Paul Walker, le père d’Amy, est venue la chercher vers 2h du matin ; alors que Dawn Smith, celle chez qui la petite soirée se passait, prétend que Amy était déjà partie quand son père est arrivé.
VERA : Déjà partie ? Comment ça ?
SCOTTY, en se penchant sur le dossier qu’il a entre les mains : D’après la mère d’Amy, son mari est parti chez les Walker suite à un coup de fil de Jack Smith, qui lui a vraisemblablement demandé de venir chercher Amy sur le champ car il ne voulait plus d’elle chez lui. Tout ce qu’elle sait après, c’est qu’il est revenu sans elle et que le lendemain leur fille était retrouvée morte.
LILLY : On ne sait pas pourquoi Smith a voulu jeter Amy à la porte à 2h du matin ?
VERA : Lui il a déclaré ne jamais avoir passé ce coup de fil, et il dit que Walker est venu reprendre sa fille sans raison et qu’il était furieux.
LILLY : Comment cette affaire a pu être bouclée avec des dépositions qui relatent des versions si différentes ?!
STILLMAN : À l’époque toutes les versions aussi différentes soit-elles tendaient à accuser Walker. Si il a effectivement pris Amy il a pu la tuer en chemin, et si elle n’était pas là il a pu la rattraper. D’autant plus que la pluie a effacé toute trace utilisable sur le corps et sur le lieu du crime…
SCOTTY : Mais dans tous les cas ce ne sont que des suppositions. Il n’y a aucun témoin, pas de preuves matérielles, et il n’a jamais avoué. Je trouve ça un peu mince pour mettre un homme en prison à vie.

Les autres acquiescèrent pour montrer qu’ils pensaient tous la même chose. Cette affaire avait été drôlement menée et surtout bizarrement bouclée.

LILLY : J’aimerais bien interroger la mère. Peut-être qu’aujourd’hui elle pourra nous en dire un peu plus, sur le coup de fil entre autre.
JEFFRIES : Il faudra aussi questionner les filles présentes ce soir-là. Il y en a forcement une qui a menti dans sa déposition et il faut savoir pourquoi.
STILLMAN : D’accord, Scotty vous allez avec Lilly voir la mère pour lui dire qu’on rouvre le dossier. Jeffries et Vera avant d’aller voir les copines d’Amy j’aimerais que vous fassiez un petit tour en prison voir Paul Walker, au cas où il puisse nous dire qui a pu nous envoyer la lettre.
VERA : On est parti !

Chacun range les dossiers qu’il avait en main dans le carton et se prépare à partir là où Stillman vient de les envoyer. Alors que tout le monde est parti, Lilly regarde une dernière fois la photo de la jeune Amy. Un vrai visage d’ange. Difficile d’imaginer une mort aussi horrible pour une jeune fille comme ça. Elle la contemple un instant, avant de la ranger à son tour dans le carton.

***

Lilly et Scotty sont maintenant devant la maison des Walker. Ils traversent le jardin, une vaste pelouse mal entretenue coupée par un chemin de cailloux qui mène à la porte d’entrée. Les deux inspecteurs cherchent la sonnette, mais ne la trouvant pas ils décident de frapper. Une jeune femme d’environ 20 ans qui ressemble beaucoup à Amy, sauf que ses cheveux sont châtains, vient leur ouvrir.

CLAIRE : Oui ?
LILLY, en montrant sa plaque : Inspecteurs Rush et Valens, brigade criminelle. Est-ce que Lara Walker est ici ?
CLAIRE : Pas vraiment non.

Les deux inspecteurs la regardent d’un air surpris. Ils ne comprennent pas ce qu’elle veut dire par « pas vraiment ». Devant l’interrogation muette de ses interlocuteurs, Claire s’explique.

CLAIRE : Ma mère s’est suicidée il y a 3 ans, donc non elle n’est pas là. Qu’est-ce que vous vouliez ?
LILLY : On a rouvert l’enquête du meurtre de votre sœur.
CLAIRE, d’un ton ironique : Il était temps ! Ça fait 14 ans que mon père est en prison à la place d’un autre et presque autant que ma mère s’est battu pour clamer son innocence. Qu’est-ce qui vous a fait enfin réagir ?
SCOTTY : On a de nouveaux éléments.
LILLY : On peut entrer ?

Claire ouvre la porte en grand et les laisse entrer. Scotty laisse passer Lilly et pénètre dans la maison à son tour. A l’intérieur, tout est en boiseries. La porte de gauche laisse entrevoir une cuisine, et en face d’eux se trouve un bel escalier lui aussi en bois. Elle les fait aller dans le salon, qui se trouve à droite de l’escalier, et leur montre des fauteuils pour qu’ils s’y asseyent, tandis qu’elle s’installe sur le canapé en cuir blanc.

CLAIRE : Alors, qu’est-ce que vous avez de nouveau ? Est-ce que ça va me rendre mon père au moins ?
SCOTTY : Quelqu’un nous a envoyé une lettre en prétendant qu’on s’était trompé de meurtrier. On essaye de comprendre pourquoi.
LILLY : À l’époque vous aviez dit à la police que vos parents s’étaient disputés et que votre père avait été « méchant » avec Amy.
CLAIRE : J’avais 5 ans. Et croyez-moi bien qu’aujourd’hui je regrette amèrement d’avoir ajouté un témoignage qui a permis de mettre mon père en prison. Quand on a pas de preuves on prend tout ce qui vient à la lettre, même les paroles d’une gamine.
LILLY : Et aujourd’hui qu’est-ce que vous diriez à propos de cette soirée ?
CLAIRE : Que c’est la dernière fois où j’ai vu ma sœur, et que je m’en souviens comme si c’était hier…

/ 5 mars 1993, 19h30, Maison des Walker /
[Musique : Babyface de U2
http://www.deezer.com/track/65665 ]

Dans l’entrée, Amy met une cassette vidéo dans son sac, pendant qu’on entend une dispute entre les Walker qui vient de la cuisine. On n’entend pas clairement ce qu’ils disent, mais on comprend qu’ils parlent de la soirée d’Amy.
La petite Claire, une fillette de 5 ans aux longs cheveux châtain clair et aux yeux bleus, descend l’escalier en chemise de nuit rose, et s’approche de sa sœur la mine triste.


CLAIRE : Je veux pas que tu t’en ailles.
AMY : C’est juste pour cette nuit Claire. Tu es une grande fille maintenant.
CLAIRE : Oui mais j’aime pas dormir toute seule dans la chambre.
AMY : Ecoute, on ne pourra pas dormir dans la même chambre toute notre vie. Tu devrais plutôt être contente de l’avoir pour toi toute seule !
CLAIRE : Nan.

Claire croise les bras et fait la moue. Tout pour que sa sœur se sente coupable et décide de rester avec elle.

AMY : Bon, tu veux pas être toute seule ? Tu vas pas être toute seule. Attends ici j’arrive.

Amy monte l’escalier et va dans sa chambre. On y voit un grand lit bleu où trône un gros nounours blanc, et un plus petit lit rose dont la couette a été soulevée par Claire qui y était couchée et qui s’est relevée pour aller voir sa sœur. Amy prend le gros nounours et redescend en bas pour le donner à Claire. Elle retrouve cette dernière en train de fermer son sac.

AMY : Voilà pour toi. C’est Teddy White qui va te tenir compagnie cette nuit pendant que moi je vais m’amuser avec mes copines. Ok ?
CLAIRE : Ok…

Tandis qu’elle prend l’ours et le serre très fort dans ses bras en esquissant un petit sourire, la dispute entre Paul et Lara Walker augmente de volume et Paul sort de la cuisine, furieux.

PAUL : Allez Amy prend ton sac on y va. Mais c’est la dernière fois qu’on me prévient de tes sorties au dernier moment, compris ?

Lara sort de la cuisine à son tour. Elle apparaît comme une femme douce et faible, visiblement retournée par cette dispute et gênée que ses filles aient pu les entendre.

LARA : Claire ma chérie qu’est-ce que tu fais debout ? Allez va te recoucher ma puce.

Amy fait un dernier bisou à sa petite sœur tandis que Paul la prend violemment par le bras et attrape son sac au passage.

PAUL : Allez, j’ai pas que ça à faire !!

Amy se dégage et suit son père en faisant la tête. Lara prend la main de Claire pour la reconduire dans son lit, et tout en montant les escaliers avec son énorme ours en peluche dans les bras Claire jette un dernier regard sur la porte qui se referme sur son père et sa sœur.

[La musique baisse en fondu]
/ Aujourd’hui /

Claire marque un temps d’arrêt, puis se remet à parler. Les deux inspecteurs la regardent et l’écoutent attentivement.

CLAIRE : Le lendemain quand je me suis réveillée ma mère m’a annoncé que ma sœur était partie. J’ai d’abord cru qu’elle avait décidé de ne plus revenir à la maison et je lui en voulais de m’avoir abandonné. Quand mon père a été arrêté les flics, je leur ai demandé pourquoi il le mettait en prison parce que ma sœur était partie de la maison, et ils m’ont clairement dit que « partie » signifiait en fait « tuée par ton père »…
SCOTTY : Apprendre à 5 ans que son propre père a tué sa sœur, c’est violent.
CLAIRE : A qui le dites-vous. Mais ma mère n’a jamais cru en sa culpabilité, et elle a passé sa vie à me le répéter.

Lilly et Scotty lui laissèrent le temps de digérer ce qu’elle venait de leur raconter. Il savait que cette histoire n’avait pas été facile pour Claire et qu’elle avait du beaucoup souffrir de tout ça. Car depuis le meurtre de sa sœur, sa famille avait été détruite, et elle n’était qu’une petite fille quand ça s’était produit.

LILLY : … Vos parents ont parlé d’un coup de fil de Mr Smith cette nuit-là, que Smith nie avoir passé. Vous vous rappelez de quelque chose ?
CLAIRE : Oui, je me souviens que le téléphone m’a réveillée en pleine nuit. J’ai vu de la lumière sous la porte de ma chambre, et j’ai vaguement entendu mon père dire à ma mère qu’il fallait qu’il aille chercher Amy chez les Smith. Il semblait plus inquiet qu’en colère. Et puis la lumière s’est éteinte et peu après j’ai entendu sa voiture démarrer sous ma fenêtre.
SCOTTY : Donc vous confirmez vous aussi le coup de fil. (à Lilly) Les relevés téléphoniques avaient été vérifiés ?
LILLY : Je ne crois pas avoir vu ça dans le dossier, mais ce sera chose faite.
CLAIRE : Vous devriez creuser autour de Mr Smith. Amy l’aimait bien mais je me souviens qu’il me faisait drôlement peur quand j’étais gamine.
LILLY : Merci beaucoup Claire. Nous vous tiendrons au courant.

Rush et Valens se lèvent presque en même temps de leurs fauteuils respectifs, suivis par Claire qui se lève pour les raccompagner. Arrivés à la porte, Claire l’ouvre et laisse sortir les enquêteurs. Une fois qu’ils ont franchi la porte, elle les arrête.

CLAIRE : Vous savez, ma mère a passé 12 ans à clamer l’innocence de son père sans que personne ne l’écoute, et elle a fini par se suicider. J’aimais énormément ma sœur, mais cette histoire a déjà trop fait souffrir ma famille alors je n’ai jamais voulu continuer le combat de ma mère. Moi tout ce que je veux… [dans un effet de flash-back, la petite fille de 5 ans a pris la place de la jeune fille de 20 ans] … c’est qu’on me rende mon papa. [même effet, et on voit à nouveau la Claire actuelle]
LILLY : On va faire tout notre possible pour savoir ce qui s’est exactement passé cette nuit là.

Claire hoche la tête, et regarde Lilly et Scotty traverser le jardin sur le chemin caillouteux pour regagner leur voiture.


Dernière édition par Camz le Jeu 12 Juin - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camzmldesign.free.fr
gingertwist
||||| Private Admin ||||| Call me Mrs Chambers !


Féminin
Nombre de messages : 2689
Age : 34
Localisation : In bed with Karev
Ship : Addex forever
Doudou officiel : Justin Chambers
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Dim 6 Jan - 21:59

Alors...

Plein de choses à lire maintenant que j'ai enfin eu le temps de lire.

- Merci Caro pour les précisions, ça m'a beaucoup aidé à comprendre Wink

- J'adore le style de cette fic qui se lis à la manière d'uns cript: tout est ultra bien amené, l'intrigue, les dialogues, franchement je m'y croyais
-Tu as une tres jolie plume, et c'est super gréable à lire

_________________

Videos
Apple-IRIS-Breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camz
Baiser de Pete


Féminin
Nombre de messages : 569
Age : 29
Ship : Piolet ♥
Doudou officiel : George Clooney, What Else ?
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Jeu 12 Juin - 15:39

Je viens de me rendre compte que je n'avais jamais posté la suite, alors que la fic est complète depuis pas mal de temps.
Au fait, merci Emy
Voilà un gros bout en plus, je vais essayer de penser à rajouter des bouts de la suite au fur et à mesure sans laisser des mois se passer

=============================================


Prison de Holmesburg. Vera et Jeffries se font ouvrir une grille par un gardien, qui les conduit dans une salle où est assis le père d’Amy et Claire, attendant les deux hommes les mains menottées et posées sur la table. Walker est devenu un homme aux cheveux très courts et grisonnants, le visage rongé par ses années en prison. Ses lunettes aujourd’hui rectangulaires sont abîmées et n’ont visiblement pas été changées depuis longtemps. Dans un flash-back éclair, on revoit l’homme propre sur lui avec de grandes lunettes marrons qui avait laissé Amy devant la maison des Smith. La prison l’a définitivement beaucoup changé.
Will Jeffries s’assoit en face de Paul Walker, et Vera reste sur le côté.


JEFFRIES : Je suis l'inspecteur Jeffries, et voici l'inspecteur Vera.
WALKER : Je sais on m’a prévenu. Vous êtes là pour « l’affaire » qui m’a conduit ici et qui m’a fait perdre ma fille et ma femme.
VERA : Ouais. On vient vous voir parce qu’on a reçu une lettre qui vous innocentait. Vous lisez des journaux ici ?
WALKER : On tue le temps comme on peut. Pourquoi ?
JEFFRIES : Parce qu’on cherche l’expéditeur de cette lettre.
WALKER : Et vous pensez que je me serais amusé à vous écrire un lettre pour dire encore une fois que je suis innocent après tout ce temps ? Croyez-moi ça fait longtemps que j’me suis fait une raison. Même si j’vous jure que si le meurtrier de ma fille se tenait devant moi, j’aurais pas peur de retourner en prison pour lui avoir défoncé la tête.
VERA, d’un ton sarcastique : Quel dévouement.
JEFFRIES : Donc vous ne savez pas qui a pu nous envoyé cette lettre.
WALKER : Vu que c’est pas moi, non, j’en sais rien.
JEFFRIES : Et que pouvez-vous nous dire sur cette nuit là ?
WALKER : Ce que j’ai toujours dit depuis 14 ans. Que la dernière fois que j’ai vu Amy c’était pour la déposer chez sa copine.

/ 6 mars 1993, 1h48, Maison des Walker /
[Musique : "All Apologies" de Nirvana
http://www.deezer.com/track/3712

Dans la maison en boiserie de la famille Walker, décorée légèrement différemment d'aujourd'hui, tout le monde dort profondément. Quand soudain, la sonnerie du téléphone retentit, brisant le calme ambiant. Lara Walker secoue son mari pour qu’il aille répondre, Paul ouvre les yeux péniblement et cherche ses lunettes sur la table de nuit. Il les attrape et les met en se levant, sort de la chambre et allume la lumière du couloir, puis se dirige vers le téléphone qui se trouve entre sa chambre et la chambre de ses filles. Il décroche, arrêtant ainsi la sonnerie.

WALKER : Allo ?
VOIX DE SMITH : Paul ? Désolé de te déranger en pleine nuit, mais il faut que tu viennes immédiatement !
WALKER : Quoi ? Comment ça ?
VOIX DE SMITH : Il faut que tu viennes chercher Amy, je ne veux plus d’elle chez moi, et je ne veux plus qu’elle approche ma fille, ok ?
WALKER : Mais… Jack… t’as vu l’heure ?
VOIX DE SMITH : Je m’en fou, tu viens où je la jette dehors !

Jack Smith raccroche au nez de Paul. Ce dernier est abasourdi. Il retourne dans sa chambre et commence à enfiler son pantalon sur son pyjama.

LARA : Qu’est-ce qu’y s’passe ?
WALKER : C’était Smith, il veut que je vienne récupérer Amy, j’ai pas bien compris pourquoi.
LARA : A cette heure-ci ? Qu’est-ce qu’elle a, il lui est arrivé quelque chose ?
WALKER : Je sais pas il m’a rien dit de plus ! J’y vais, à tout à l’heure chérie.

Pendant qu’il parlait, Paul a mis une chemise à la place de son haut de pyjama. Il sort de la chambre et passe à côté de la porte de Claire. Il l’ouvre doucement pour voir si sa fille n’a pas été réveillée par le téléphone. De loin et dans l’obscurité, il voit sa petite fille dormir paisiblement. Mais de plus près, nous pouvons voir qu’elle fait semblant de dormir, et qu’elle serre très fort son ours pour se rassurer. Paul ferme la porte, éteint la lumière du couloir, descend les escaliers, prend son manteau et ses clés et sort.
Il arrive devant la maison des Walker, se gare, et va frapper à la porte. Jack Smith ouvre mais au lieu de le laisser entrer il sort et ferme la porte derrière lui.


SMITH : Elle est partie.
WALKER : Quoi ? Comment ça elle est partie ?
SMITH : Elle a pas voulu t’attendre et elle est partie pour rentrer chez vous à pied, par la forêt.
WALKER : Et tu l’as laissé faire ? Mais t’es dingue ?!
SMITH : Ta petite dévergondée de fille à ramener son délinquant de petit ami chez moi, et pas que ça ! Alors crois-moi, j’allais pas la retenir !!
WALKER : Mais t’as vu un peu l’heure qu’il est ? Tu dirais quoi toi si je laissais ta fille se promener en pleine nuit seule dans la forêt ??
SMITH : Au lieu de hurler tu ferais mieux d’aller la rattraper si tu veux pas qu’elle reste seule trop longtemps.
WALKER : Je croyais qu’on était amis Jack. Mais apparemment je m’étais trompé sur ton compte.

Smith soulève les épaules, l’air faussement désolé pour cette amitié "brisée". Tandis qu’il re-rentre chez lui, Paul quitte la propriété des Smith et s’en va à pied refaire le même chemin que sa fille, vers la forêt.

[La musique baisse en fondu]
/ Aujourd’hui /

JEFFRIES : Vous l’avez retrouvée ?
WALKER : Oui. Morte, au bord d’un chemin. Mais personne ne m’a jamais cru.
VERA : Vous avez parlé d’un petit ami délinquant qui serait venu ce soir-là chez les Smith pour voir Amy. Vous savez qui c’était ?
WALKER : Non, Amy ne m’avait jamais parlé de lui. Mais demandez à ses copines, elles doivent sûrement en savoir plus que moi là-dessus.
JEFFRIES : On le fera. Merci pour votre aide.
WALKER : Ça fait 14 ans que je raconte la même chose et autant de temps que je croupi ici, alors ça m’étonnerait que cette fois-ci ça change vraiment quelque chose, parce que tant que vous avez pas le vrai meurtrier, moi je reste là.
VERA : Vous avez tord. Nous on est très fort pour résoudre les meurtres.

Jeffries se lève et quitte la pièce avec Vera, laissant Walker avec le gardien.

Dans la voiture de Scotty, Lilly raccroche son téléphone portable et referme le stylo qu’elle vient apparemment d’utiliser pour écrire quelque chose sur son carnet.

LILLY : C’était Vera, ils reviennent de la prison.
SCOTTY : Est-ce qu’ils ont appris quelque chose d’intéressant ?
LILLY : Oui. D’après le père Amy son petit ami serait passé chez les Smith la nuit du meurtre.
SCOTTY : Comment il l’a su ?
LILLY : C’est Smith qui lui a dit quand il est passé la récupérer. Walker leur a dit que les copines d’Amy pourraient peut-être nous renseigner sur le jeune garçon, et Vera m’a donné l’adresse de l’une d’entre elles. Caly Goodman. Elle habite un immeuble pas loin d’ici.
SCOTTY : Alors on va faire un petit détour !

Lilly le regarde en souriant. Scotty met son clignotant, tourne à droite, et la voiture l’éloigne dans la rue.

***

Ils sont désormais devant la porte d’un vieil immeuble plein de tags. Ils cherchent le nom de Caly mais ils ne le voient nulle part. Autour d’eux, des jeunes fagotés comme des rappeurs, les diamants en moins, les regardent et les chambrent.

GARS : Wouhouu, elle est jolie ta copine, mec ! Tu m’la prêtes, j’aimerais bien m’amuser un peu ?
SES COPAINS : Ouaiis allez soit cool mec !

Scotty les ignore, mais Lilly se retourne avec son assurance habituelle.

LILLY : Ça t’excite hein ? T’aimes ça faire le beau devant tes copains ? T’en chopes beaucoup des nanas comme ça ?
GARS, faisant le fier : Jamais d’aussi sexy que toi en tout cas ! J’suis sûre qu’avec quelques rails tu dois être une vraie tigresse au lit !

Il se met à rire, suivi par ses copains. Lilly sort sa plaque et la lui met sous les yeux. Tout d’un coup, il fait moins le fier, et ses copains se reculent.

LILLY : Quelques rails de quoi ?
GARS : De… métro… tu sais les euh…
SCOTTY, qui se tient derrière Lilly : Te fatigues pas, on est pas des stups.
LILLY, en rangeant sa plaque : Non, on est de la crim. Alors au lieu de faire ton malin dis-nous plutôt où on peut trouver Caly Goodman.
GARS : Caly ? Qu’est-ce qu’elle a fait cette grosse vache, elle a tué quelqu’un ?
LILLY : Je t’ai demandé un commentaire ?
GARS : Ça va, relax, c’est cool. Elle est à l’appart’ 715, au dernier étage. (à Scotty) J’espère que tu fais du sport, parce que y’a pas d’ascenseur.

Scotty et Lilly ignorent cette remarque sans intérêt et se retournent vers l’immeuble. Dans leur dos, le gars fait un signe très explicite en regardant Lilly.

Au dernier étage, Scotty frappe à la porte de l’appartement 715. Une femme brune un peu ronde entrouvre la porte. Dans un flash-back, on revoit la jeune fille un peu enveloppée à la chemise de nuit enfantine ornée d’un gros lapin rose, qui s’était fait justement charriée par ses copines à cause de celle-ci. Aujourd’hui, Caly a toujours des kilos en trop, et ses cheveux mi-longs paraissent mal coiffés. Ses vêtements sont passés de mode, et elle a un air à la fois fragile et vulgaire.
Lilly s’approche de la porte et lui montre sa plaque.


LILLY : Inspecteurs Rush et Valens, criminelle. Nous voudrions vous parler du meurtre d’Amy Walker.
CALY : J’ai rien à vous dire.

Elle commence à fermer la porte, mais Scotty met son pied pour la coincer.

SCOTTY : On a juste quelques questions à vous poser, ça ne durera pas longtemps.

Ne pouvant plus la fermer, Caly ouvre la porte pour faire face aux deux inspecteurs.

CALY : J’ai déjà tout dit à la police en 93. Pourquoi vous revenez me parler de ça aujourd’hui ?
LILLY : On a rouvert l’enquête.
CALY : Ah bon, ça se fait ça ? Chavais pas.

La porte étant maintenant grande ouverte, Scotty et Lilly entrent sans attendre d’y être invités et observent l’appartement. Ce n’est pas la grande classe, les couleurs sont ternes et mal assemblées, mais il y a tout un tas d’objets aussi chers qu’inutiles.

CALY, se retournant vers eux en laissant la porte ouverte : Faites comme chez vous… Bon, alors, c’est quoi vos questions ?
SCOTTY : Est-ce que vous vous souvenez du petit ami d’Amy ?
CALY : Ouais.
LILLY : Vous pouvez développer ?
CALY : C’était Hank. Il était en seconde. Ils s’étaient rencontrés pendant une fête foraine je crois.
SCOTTY, notant ces premières informations sur son carnet : Hank comment ?
CALY : Euh… Springers… non attendez euh… Summers ! Oui c’est ça, Hank Summers.
LILLY : Il était de quel genre ?
CALY : Du genre qui traîne pas avec des gamines encore au collège.
SCOTTY : Pourtant il sortait avec Amy ?
CALY : C’était pas pareil. Amy avait 2 ans de moins que lui mais il l’a trouvait mature. Ce qui était vrai. Elles ne nous prenait pas de haut, mais quand elle était avec des garçons c’était une autre fille. Du coup, elle s’est rapidement bien entendue avec lui. Mais c’était pas vraiment le petit ami idéal…
LILLY : Pourquoi ça ?
CALY : Il était plutôt du genre rebelle vous voyez. Il séchait les cours, il piquait dans les magasins. Par contre il a jamais entraîné Amy avec lui, il disait qu’elle était pure et qu’il voulait pas qu’elle devienne comme lui.
LILLY : Et ça lui arrivait d’être violent ?
CALY : J’crois pas non. Enfin…
SCOTTY : Quoi ?
CALY : Le soir du meurtre, quand il est venu se racheter après qu’elle l’ai quitté, il l’a giflé.
SCOTTY : Drôle de façon de se faire pardonner.
CALY : C’était parce qu’elle ne voulait pas lui pardonner justement. Mais… c’était pas la première fois…


/ 22 février 1993 /
[Musique : "Break it down again" de Tears for Fears
http://fr.youtube.com/watch?v=AEwmsX7zuzU (à partir de 00:28 environ)]

Caly, Amy et Harry sont dans un grand centre commercial. Les deux amoureux se tiennent la main, et de l’autre main Harry tient un grand sac d’une boutique de sport. Ils se baladent dans une boutique où on peut voir des vêtements, des accessoires, et des bijoux. Tout d’un coup, Amy s’arrête net devant un rayon de boucles d’oreilles.

AMY, montrant une paire du doigt : Waouh elles sont superbes celles-là, tu trouves pas Caly ?
CALY, s’approchant pour regarder : Ouais, elles sont sympa !
AMY, l’air déçue : Mince, c’est juste quelques dollars de plus que ce que j’ai dans mon porte-monnaie… T’as de l’argent Harry ?
HARRY : Non, désolée ma belle, j’ai tout liquidé pour ça (montre le sac qu’il tient dans la main)
AMY : Bon… dommage. Je vais devoir économiser sur mon prochain argent de poche !

Caly et Harry continuent leur chemin dans un autre rayon, et Amy les rejoint par la suite. Peu de temps après ils sortent du centre commercial, et Amy met sa main dans la poche de son manteau comme si elle y cherchait quelque chose.

AMY : Hey, regardez ce qui a atterri dans ma poche !

Elle sort les boucles d’oreilles qu’elle n’avait pas pu acheté, toute fière. Harry et Caly sont bouche bée.

CALY : Comment elles sont arrivées là ??
HARRY : Amy, ne me dis pas que tu les as volées ?
AMY : Si !! Et ne me fais pas la leçon hein, t’as fait pire que de simples petites boucles d’oreilles toi.
HARRY, s’énervant contre elle : Mais moi c’est pas pareil !! Amy, je t’ai déjà dit que je voulais pas que tu suives mon exemple ! Tu es une fille sympathique et intelligente, t’as pas besoin de ça !
AMY : Ça va, du calme. De toute façon maintenant que c’est fait je me vois pas y retourner pour leur dire « Désolé je les avait volées mais finalement je vous les rend ! »

A peine a-t-elle fini sa phrase qu’elle se prend une grande baffe de la part d’Harry. Caly recule, surprise. Amy se touche la joue et se retournant vers lui.

HARRY : Arrêtes Amy ! Ne deviens pas comme moi !

Il lui arrache les boucles de la main, la prend par le bras et commence à la secouer.

HARRY : T’es pas comme ça, c’est pas comme ça que je t’aime !! Ne refais plus jamais ça ok ?!
AMY : Harry, tu m’fais mal !

Amy le regarde dans les yeux. Son air sur d’elle et fière qu’elle avait lorsqu’elle a sorti les boucles a laissé la place à la peur qu’Harry continue à lui faire mal. Harry la lâche d’un seul coup. Il jette les boucles par terre et s’en va, laissant les deux jeunes filles visiblement surprises par son attitude.

[La musique baisse en fondu]
/ Aujourd’hui /

Dans l’appartement de Caly, Scotty finit de noter l’histoire que Caly vient de leur raconter.

CALY : Il avait des raisons de s’énerver, c’est sur, mais sa réaction nous a paru vraiment disproportionnée.
SCOTTY : Vous pensez qu’il aurait pu revenir et la frapper plus fort le soir du meurtre ?
CALY : J’en sais rien… Je l’ai pas jamais revu depuis en tout cas.
SCOTTY : Merci mademoiselle Goodman.
LILLY, lui tendant sa carte : Si vous vous rappelez d’autre chose, n’hésitez pas. Le moindre détail peut être important.
CALY, prenant la carte : D’accord…

Lilly et Scotty se dirigent vers la porte restée ouverte sous les yeux de Caly qui parait soudain encore plus gênée par leur présence. Ils quittent l’appartement, et Caly referme la porte derrière eux.

SCOTTY, en descendant les escaliers : Tu crois que c’est lui ?
LILLY : Avec ce genre de profil, ça ne m’étonnerait pas. Mais restons prudent, rien ne prouve qu’il soit retourné chez les Smith ce soir-là.
SCOTTY : Oui, pour l’instant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camzmldesign.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous la pluie [Cold Case]   Aujourd'hui à 23:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous la pluie [Cold Case]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment prendre ces virages sous la pluie
» Course de côte sous la pluie Bretonne !
» [Libre] Seul sous la pluie
» QUE LA MUSIQUE SOIT !!
» [HENTAÏ !!!] Nuit ensemble ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Fan Art :: Fanfics-
Sauter vers: