AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mar 23 Oct - 20:15

Titre : On ne récolte pas toujours ce qu’on sème
Auteur : Nepenthès
AU : Post saison 13 et 14 avec un léger changement à la fin du 13x17 ‘from here to paternity’.
Résumé : Quatre ans ont passé depuis l’accident. Un jour, Ray, désormais assistant social à Chicago, est appelé sur un cas à son ancien lieu de travail. Il retombe sur Neela et constate que ses sentiments n’ont pas changé à son égard. Seulement, la jeune femme a désormais quelqu'un dans sa vie, quelqu'un de bien particulier et qu'elle aime de tout son coeur...
Disclamer : Les personnages de la série E.R. ne sont pas ma propriété mais celles de leurs auteurs et NBC. De la même façon, les paroles de la chanson ‘Between the lines’ appartiennent à Sara Bareilles. Je ne tire aucun profit de ce qui suit.

Bon pas très M mais mieux vaut prévenir que guérir. Wink

Chapitre 1 : Il est temps

Time to tell me the truth
To burden your mouth for what you say
No pieces of paper in the way
Cause i cant continue pretending to choose
The opposite sides on which we fall
The loving you laters if at all
No right minds could wrong be this many times


Ca avait été une rude journée pour lui. Mais pas plus que d’habitude en vérité. Aujourd’hui, il n’avait pas assisté à un échange d’affection entre Gates et sa Neela, sa colocataire. Pour qui se prenait-il ce ridicule petit ambulancier qui entrait dans le service au sein duquel Ray avait sacrifié du temps, de la sueur et même du sang parfois. Et voilà que ce cow boy débarquait et faisait comme si tout lui appartenait, Neela comprise. Pratt lui avait conseillé de lui laissé du temps et de l’espace. Et voilà. Plus jamais il n’écouterait un de ses conseils. Tout ce qu’il avait récolté, c’était un fossé sans cesse plus grandissant entre lui et son ancienne colocataire mais qui logeait toujours dans son cœur. Heureusement qu’il y avait Katey. Il l’aimait bien. Elle parvenait à lui faire oublier, ne serait-ce que quelques minutes la vision omniprésente de Neela dans son esprit.

*Une journée de terminée, c’est ça de gagné.* pensa-t-il en accrochant sa blouse dans son vestiaire. Il n’avait aucun plan de prévu pour la soirée. Ca changeait. Vivre avec Neela l’avait définitivement assagi. Il ne sortait plus avec sa bande copain jusqu’à pas d’heure en se soûlant et draguant une joli blonde. En fait, il ne leur parlait plus trop depuis qu’ils l’avaient viré du groupe. C’était pathétique. Il avait parfois l’impression d’être un vieux papy croulant de 40 ans dont le trip le plus fou était de regarder le world poker tour. Voilà ce qu’elle avait fait de lui. Si seulement, elle le regardait avec lui.

« Laissez moi vérifier : NON ! »

Ray sourit légèrement en entendant la voix bourrue de Frank répliquer à la question de Neela. Quoi que ce soit, elle devait être à côté de la plaque. Il secoua négativement la tête, amusée, en s’arrêtant quelques secondes auprès de son ancienne colocataire pour savoir ce qu’elle faisait. Il connaissait déjà la réponse puisqu’elle avait revêtue son manteau mais c’était un moyen subtil comme un autre de proposer de la raccompagner.

« J’y vais. Tu pars ? »

Elle tourna son visage vers lui auréolé de ses cheveux noirs ébène retombant autour de leurs bouclettes. Elle était toujours magnifique. Quoi qu’elle fasse. Même au réveil elle l’était. Bien qu’il n’y ait jamais assisté. Lorsqu’ils vivaient encore ensemble, elle était toujours réveillée avant lui, habillée, coiffée, légèrement maquillée, sentant le gel de douche à la délicieuse odeur noix de coco.

« Oui. »

.-.-.-.-.-.


Il ne savait pas comment mais ils avaient fini par atterrir dans ce bar à force de persuasion. Il avait définitivement une mauvaise influence sur elle mais on ne peut pas dire qu’elle ait résisté très longtemps en fin de compte. Ils avaient commandé des bières au bar et s’étaient installés à une table où ils discutaient joyeusement de tout et de rien. De ces mêmes moments de bavardages qu’ils avaient avant. Ils lui manquaient. Elle lui manquait tout simplement. Et pas seulement à cause de la lessive. Mais il ne pouvait pas la blâmer d’avoir voulu sauver un mariage qui allait droit à la catastrophe de toute façon. Ce qu’il ne comprenait pas par contre, c’est pourquoi elle l’avait rejeté après le décès de Michael. Le rendait-il responsable de ça ? Etait-il mort à cause des sentiments profonds et qui ne cessaient de grandir entre eux ? Ce en quoi elle était plus qu’incompréhensible c’est qu’il avait cru percevoir des sentiments aussi forts que les siens émaner de Neela mais elle s’était pourtant jetée dans les bras de Gates. Pourquoi ? Il voulait savoir mais pas ce soir. Non, ce soir, c’était elle et lui. Le reste du monde en dehors de cette petite bulle.

« Allons reconnais le ! Les Sex Pistols sont le groupe du siècle.
« Non ! Je t’assure que ‘God save the queen’ n’arrive même pas à la hauteur de ‘Hey Jude’. Les Beatles restent au summum !
« N’importe quoi ! Comment peut on aimer cette musique acidulée ?
« Acidulée ? Et ça vient de quelqu’un qui cache un poster de Britney Spears dans sa chambre ? »


Ray prit une mine offensée et resta la bouche ouverte pendant quelques secondes. Comment elle savait ça ? Il ne se souvenait pas l’avoir inviter dans sa chambre. Oh non il s’en souviendrait de ce genre de souvenir. Ce n’était pas de ceux qu’on oubliait.

« Attends, c’est pas sa musique que j’apprécie chez elle. »

Les yeux de Neela se firent rieurs et elle lui donna une petite tape du revers de la main sur son bras :

« T’as aussi mauvais goût en matière de fille que de musique… »

Le rire de Ray s’arrêta net. Elle se rendait compte de ce qu’elle venait de dire ? Elle s’insultait elle-même. Mais comment pouvait-elle le savoir de toute manière ? Il lui sourit tout de même et se leva en mettant une pièce dans le Juke Box. Au moment où commencèrent à résonner les premières notes de ‘Sonic Reducer’ des Dead Boys, il l’entraîna de force sur la piste de danse :

« T’as peut être raison mais tu vas devoir les subir ces goûts. »

.-.-.-.-.-.


Il avait un peu neigé cette nuit là. Il n’avait pas voulu la laisser repartir à pied. Il avait entendu ce qu’il lui était arrivé quelques mois auparavant. Si Gates n’avait pas fichu le poing dans celui qui l’avait traité de salope, il l’aurait fait lui-même. Mieux valait que ce type ne le croise pas un jour d’ailleurs. Sur ce point, et c’était bien le seul après tout, il était tout à fait d’accord avec. C’était à entourer en rouge sur le calendrier ! C’était lui qui avait commencé à ressasser les bons souvenirs de leur colocation alors qu’il revenait en voiture vers chez le nouvel appartement de Neela. Il voulait tellement qu’elle ré emménage avec lui mais visiblement, elle n’avait pas le même avis que lui. Peut être que ça la convaincrait ?

« Tu te souviens de ça ?
« Comment j’aurais pu oublier ? »


Ray rit doucement en entendant son ancienne colocataire éclater de rire. C’était bon de l’entendre. C’était bon de la voir sourire à nouveau et d’en être en partie la raison. Le véhicule s’arrêta lentement devant l’immeuble.

« D’accord c’était vraiment une soirée très amusante !
« Oh oui, j’ai l’impression que ça fait des millions d’années. »


Il ne coupa pas le moteur et approuva mentalement ses paroles. Il en avait aussi l’impression comme si tout ce qu’ils avaient vécu faisait parti d’une ancienne vie, un souvenir qui pourtant ne le quittait jamais et qu’il ne voulait pas laisser s’échapper.

« On pourrait faire ça de temps en temps.
« Avec moins de whisky. Je tiens moins bien l’alcool aujourd’hui.
« Ah oui, à qui le dis-tu ! »


Ils échangèrent un regard, toujours joyeux, toujours feignant d’être le meilleur ami alors qu’il voulait être tellement plus pour elle.

« Merci de m’avoir déposé. Bon bah, on se voit demain ? »

Non. Il hocha négativement la tête et la contredit sur ses pensées.

« Je bosse pas. »

Etrangement, il appréciait moins aujourd’hui ses jours de repos. Peut être parce qu’il savait qu’il ne la verrait pas ces jours-là.

« D’accord. Alors, dans ce cas, je te verrai quand je te verrai. »

Elle est si belle. Cette pensée ne cessait de tourner et retourner dans sa tête alors qu’il la regardait lui faire ses adieux pour la soirée. Cette dernière avait été trop bonne pour qu’elle se termine. Il voulait recommencer à vivre avec elle, la savoir dans la chambre d’à côté, la voir dès le saut du lit, l’entendre prendre sa douche dans la salle de bain ou remuer le bordel du salon pour trouver telle ou telle revue. Même leurs disputes sur le ménage ou les céréales lui manquaient. Il ne voulait pas la laisser partir. Non pas une seconde fois. Alors qu’elle posait la main sur la poignée, il ne put s’empêcher de faire de même sur son bras, la retenant :

« Neela… »

Son cœur battait à la chamade alors que ses yeux se perdaient dans le regard d’obsidienne de la jeune femme. Non. Il lui avait laissé du temps. Elle ne ferait pas le premier pas. Elle ne l’aurait jamais fait. Il la connaissait trop bien pour ça. Il devait le faire. Il resta quelques secondes à la fixer, l’avertissant par là qu’il allait faire quelque chose qui n’allait peut être pas lui plaire et que si elle voulait s’y opposé c’était le moment idéal. Puis lentement, comme dans un rêve, il se pencha vers elle et il fut surpris qu’elle fasse l’autre bout du chemin tandis que leurs lèvres se touchèrent pour la toute première fois, avec une douceur infinie. Elles étaient si tendres. Il les avait toujours imaginé ainsi. Doux, sucré, tendre. Ses mains avaient cessé de trembler et il posa celles-ci contre la joue de Neela alors que leur baiser, d’abord tendre et chaste, s’intensifier en même temps que les battements effrénés de son cœur et les courts-circuits dans son cerveau. Sa gorge était nouée de bonheur et de plénitude totale. Il avait attendu si longtemps et voilà.

Après quelques minutes ou des heures, le temps s’étant arrêté pour lui, ils se détachèrent lentement l’un de l’autre et il plongea son regard dans celui confus de Neela. Il attendait nerveux qu’elle brise le silence mais ça ne venait pas, elle se contentait de l’observer, sans dire un mot, troublée comme jamais. Finalement, elle prit la parole, hors d’haleine :

« Ray… »

Ce dernier poussa un profond soupir. Voilà, elle allait y mettre fin à ce petit instant où ils avaient frôlé les nuages de leurs pieds légers. Aussi, préféra-t-il la couper, se tournant complètement vers elle, n’osant plus la toucher.

« Ecoute je sais que ce n’est pas le moment idéal. Pour toi comme pour moi. Mais… »

Ils étaient tous les deux engagés dans des relations chacun de leur côté. Elle avec cet arrogant de Gates et lui avec Katey. C’était une chic fille. Il ne voulait pas lui faire de mal. Mais l’amour ne se commande pas et entre eux, c’était juste une histoire de sexe. Neela, c’était autre chose, c’était…toute sa vie contenue dans un seul de ses regards.

« Ray. » insista-t-elle.

Il fronça légèrement les sourcils, l’interrogeant du regard. Elle se figea légèrement sous l’intensité des yeux verts sombres de son ancien colocataire et poursuivit, s’humectant les lèvres, Ray se plaisant à penser qu’elle souhaitait sentir à nouveau le goût de ses lèvres sur les siennes. Cependant alors qu’elle allait ouvrir la bouche pour s’expliquer, elle se figea quelques instants avant de déclarer sur un ton badin :

« J’ai désespérément besoin d’un café. »

Ray soupira en la voyant sortir précipitamment de la voiture et s’éloigner de lui. Et voilà. Il avait tenté sa chance. Il avait sauté à pieds joints dans le précipice et il avait raté le coche. Il posa ses mains sur son volant, reprenant ses esprits perdus dans ses pensées. Raison pour laquelle il sursauta en entendant quelqu’un frapper à son carreau juste à côté de son oreille. Neela. Elle se tenait à côté de la portière et posait un regard intrigué sur lui, comme si elle se demandait ce qu’il faisait là alors qu’il n’avait aucune raison d’y être.

« Tu montes ? »

Après quelques secondes de stupéfaction, un léger sourire se dessina sur les lèvres de Ray et il coupa définitivement le moteur avant de la rejoindre dans l’hiver glacial de Chicago.




C’était différent cette fois. Il avait eu l’occasion de venir dans le nouvel appartement de Neela par le passé. Mais aujourd’hui, ce n’était pas pareil. Il la suivit jusqu’à son nouveau chez elle, ne pouvant s’empêcher de sourire devant le désordre inextricable dans lequel elle se complaisait à vivre. Elle avait beau dire qu’il n’était pas ordonné, il n’y avait pas que lui. Il la suivit dans la cuisine et si elle avait posé ses yeux sur lui, elle aurait certainement pris peur. En cette soirée hivernale, Ray avait un regard de prédateur, le désir brillant de sa flemme au fond de ses yeux verts. Chaque geste de Neela, chacune de ses respirations ne faisaient qu’exacerber le besoin quasi vital qu’il avait d’être à ses côtés. Une fois qu’elle eut fini de remplir nerveusement la cafetière d’une bonne dose de l’élixir brun, Neela se tourna enfin vers lui et il put remarquer une étincelle de désir éclairer ses yeux d’obsidienne. D’un geste souple et félin, il se rapprocha d’elle et encadra son visage de ses mains, répétant la scène de la voiture, sans lui laisser la possibilité de parler ou de protester.

D’ailleurs, elle ne le fit pas. Au contraire, son corps se colla presque instantanément à celui de Ray, s’épousant à merveille, comme s’ils avaient été creusés dans la même roche et elle répondit à son baiser de la manière la plus voluptueuse qui soit, le surprenant agréablement. Cachait-elle d’autres ressources ? Ses mains s’enhardirent à passer sous la veste qu’elle avait toujours sur elle puis sous son pull afin de goûter au grain particulier de sa peau, lui brûlant chaque parcelle de la sienne à son contact. Bientôt, il se senti reculé, poussé par Neela vers sa chambre, du moins le supposait-il tandis que des mains étrangement familières se glissaient sous son T-Shirt afin de frôler de leurs caresses divines. Son cœur palpita et sembla prêt à éclater hors de sa poitrine tandis qu’il se sentait de plus en plus serré dans son jean.

A tâtons, ils trouvèrent et se laissèrent tomber sur le lit tandis que leurs vêtements, un à un, rejoignaient le sol avec une passion sans cesse plus débordante et qui le happait comme jamais. Il n’avait jamais ressenti ça. Ce sentiment de perfection qu’il atteignait à cet instant précis, ses lèvres parcourant de baisers tour à tour tendre et coquin le corps de Neela, ce dernier se cambrant sous ses caresses expertes. Il sentit des frissons lui remonter le long du dos en sentant les jambes de la jeune femme se refermer sur lui, signifiant par la même qu’elle voulait être plus proche de lui, encore plus proche, toujours plus proche. Pourtant il régnait une chaleur torride dans l’appartement. Des étoiles explosaient en lui dans un joyeux concert d’extases réciproques. Juste avant, Ray se figea et posa son regard sur Neela qui l’observait attentive et se demandant quoi. Il lui caressa tendrement les cheveux et les joues, plus amoureux que jamais. C’était dit, du moins en pensée. Il était amoureux d’elle. Depuis la première fois sans doute. Elle était magnifique dans la pénombre. Le jeu de lumière et d’ombre effleurant sa silhouette féminine. Une silhouette qu’il tenait entre ses bras. Il avait fait tellement de fois ce rêve mais c’était bien mieux maintenant. Beaucoup mieux.

Leave unsaid unspoken
Eyes wide shut unopened
You and me
Always between the lines
Between the lines


TBC...


Dernière édition par le Mer 5 Déc - 1:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mar 23 Oct - 21:30

Je n'ai qu'une chose à dire :

LAAAA SUIIIIIIIIIIIIIIIIIITE !!!!!!!!!!!!!!

Si seulement ça s'était passé comme ça... Si seulement on ne s'était pas contenté d'un simple baiser (mais quel baiser mes amis ! Love ).

Mais je sens que la suite va être moins drôle... Pauvre Ray... Il ne méritait pas ça, oh non...

J'ai déplacé ta fic ici parce qu'elle n'a rien de très "osé". Wink Elle aura ainsi plus de lecteurs !

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 25 Oct - 21:50

Laughing Si seulement mais nan faut faire le boulot à la place des scénaristes. Voilà, voilà Madame, je m'exécute. ^^

Disclamer : Les personnages de la série E.R. ne sont pas ma propriété mais celles de leurs auteurs et NBC. Par contre, les personnages de Nathan Dermott et la patiente m'appartiennent.
A noter pour vous aider à les représenter ==>
--- Nathan Dermott
--- La patiente

Chapitre 2 : Collision

Neela se passa le visage sous l’eau alors qu’elle se trouvait dans le vestiaire. Elle n’avait pas fermé l’œil de la nuit ou presque. Elle posa son regard sur le miroir qui se trouvait face à elle juste au dessus du lavabo et ce qu’elle vit ne lui plu pas réellement. Le teint terne, les traits tirés, le regard morne, ses longs cheveux s’apparentait à une crinière de cheval. Et encore, si elle avait été blonde, elle les aurait comparé à des fétus de paille. Le bleu roi de sa blouse ne l’aidait pas en cela. Bon ce n’était pas comme si elle n’aimait pas revêtir la couleur particulière des chirurgiens, au contraire elle en était même fière, mais parfois, certains jours, elle préférait la blouse blanche des Urgences.

Quatre années avaient passé. Tout était si calme désormais dans sa vie. Tout était compartimenté comme ça aurait dû l’être depuis le début. Plus de relations ambiguë, plus de flirt inconscient, plus d’amitié qui obscurcissait son jugement. Maintenant chaque parcelle de sa vie était méticuleusement rangée dans des cases prédéfinies : travail, amis, famille, amour. Quoi que cette dernière fût quelque peu vide. Ou du moins en quatre années, elle n’avait été guère remplie, si ce n’est par lui. Mais comptait-il vraiment ?

‘Pathétique, je suis pathétique’ pensa-t-elle en observant son reflet figé dans le miroir.

Pouvait-elle continuer encore longtemps comme ça ? Mais à bien y repenser, et certains jours, elle se rendait compte que sa vie la comblait. Elle avait tout ce qu’elle avait toujours désiré. Elle était la chef des internes en chirurgie, un professeur excellent aux dires de Dubenko ; des amis formidables sur qui elle pouvait toujours compter dès qu’il y avait un léger contretemps et surtout elle avait Aidan. Les yeux rêveurs, elle posa la main sur son cou où un pendentif en forme de cœur en or pendait. Si elle l’ouvrait, elle verrait une minuscule photo la représentant avec l’homme de sa vie, celui qui la comblait dans chaque parcelle ombrageuse de son esprit.

La porte s’ouvrant assez brusquement la fit sursauter et reprendre le cours de ses pensées présentes.

« Désolé. » s’excusa le nouvel arrivant en grimaçant légèrement.

La jeune chirurgienne roula des yeux vers le ciel, ne pouvant s’empêcher de sourire discrètement devant son interne, le plus maladroit mais néanmoins doué qui lui ait été de rencontrer. Nathan Dermott était un solide gaillard originaire de l’Ohio au parler et aux manières un peu frustres et qui se débrouillait toujours, on ne sait comment, pour faire les pires gaffes possibles. Neela hésitait aujourd’hui à l’envoyer aux Urgences parce que systématiquement lorsqu’un patient se montrait violent là-bas, son poing atterrissait, comme attiré irrésistiblement, sur le visage de Nathan. Mais mis à part cette étrange attraction et son humour bovin, il était incroyablement doué et professionnel dans la salle d’opération. Il était également plus vieux que Neela, ne décidant que tardivement à devenir chirurgien. C’était assez étrange pour elle d’être la professeur d’un élève de 7 ans son aîné et de 3 têtes de plus

« Ca ne fait rien. »

Elle reposa son pendentif, cessant de le trifouiller, et s’attacha les cheveux en une queue de cheval où aucune mèche ne dépassait. Elle installa son biper à son pantalon et sortit des vestiaires suivie de peu par Nathan qui lui demanda le programme de la journée :

« Les Urgences. »

Elle préféra ignorer la grimace de ce dernier et se rendit au tableau des opérations. Elle avait une appendicectomie de prévue pour l’après midi mais en attendant, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était effectuer la visite quotidienne de ses patients en priant pour que les Urgences ait besoin d’un avis chir’.

.-.-.-.-.-.


« Pourquoi tu veux pas ? »

Sam soupira profondément en se tenant à côté d’Archie, sur le parvis des Urgences, attendant les victimes d’un accident de voiture. Ses cheveux avaient repris la couleur des blés et ceux de Morris suivaient toujours parfaitement avec la fête d’Halloween qui arriverait d’ici 15 jours.

« Parce que.
« C’est pas une réponse valable.
« J’en ai pas envie.
« Et pourquoi t’en as pas envie ? »


A ce moment, l’ambulance débarqua toute sirène hurlante sur le parking et ils se dirigèrent vers celle-ci, ouvrant les portes pour aider Chaz et son co-équipier à sortir les deux accidentés de là.

« Parce que c’est la demande en mariage la plus minable que j’ai jamais entendu. »

Chaz les interrompit dans leur conversation en leur faisant le topo sur les blessés qui se trouvaient dans l’une des voitures. A dire vrai, ils n’étaient pas réellement amochés. L’homme avait une commotion cérébrale, bien que saisissante vu le sang, n’était pas très grave à première vue et la jeune femme ne se plaignait que d’une douleur au poignet. Ils conduisirent le conducteur en Rea 1 tandis que le piéton était installé sur un lit en attente d’un médecin.



Abby passa devant celle-ci et se dirigea vers sa propre patiente, une femme dans la trentaine qui prétendait être tombée des escaliers et souffraient de nombreuses côtes cassées. Elle venait de recevoir les radios et elles n’étaient pas bonnes du tout. Elle resta plongée devant celles-ci un long moment avant de sentir Paul s’approcher et lui demandait de quoi il retournait.

« Elle a des enfants c’est ça ? interrogea-t-elle.
« De 5 et 3 ans.
« Faut appeler les services sociaux. Elle doit restée en observation pendant deux trois jours et hors de question de laisser ses enfants auprès de leurs pères. »


Paul approuva de la tête et s’empara du combiné alors que Sam bipait la chirurgie. Il y avait des complications au niveau de l’accident de voiture. Il avait visiblement des lésions internes qui ne cessait de saigner dans son abdomen.

.-.-.-.-.-.


Ray se passa les mains sur le visage en raccrochant son téléphone. Le County. Ca allait lui faire bizarre de revenir mais aujourd’hui il ne pouvait plus y déroger. Il n’avait plus le choix. Il devait affronter ses démons. C’était ce qu’il avait fait en partie l’année dernière en venant se réinstaller dans cette ville, si loin de sa famille et où il avait vécu les trois plus belles années de sa vie. Oui, enfin la dernière n’avait pas été particulièrement bonne pour lui. Hormis cette nuit-là. Une nuit à part qu’il avait gardé dans sa mémoire, gravée et qui lui revenait chaque fois qu’il se retrouvait seule avec une femme. Et on peut dire qu’elles avaient défilé entre ses draps.

Il y avait eu Katey bien sûr avec qui il était resté un an et 7 mois, sa plus longue relation à dire vrai. Elle l’avait soutenu. Elle avait été là lorsqu’il était sorti de la salle d’opération. Elle avait été à ses côtés chaque jour de sa lente et douloureuse rééducation. Et ils s’étaient redonnés une chance. Mais Chicago l’avait trop blessé tout autant qu’il lui était resté trop attaché. Katey, c’était la commodité, la facilité. Sa mère l’adorait. Ca voulait tout dire. Les relations avec elle n’étaient pas au beau fixe. Et puis, il avait changé d’orientation, se sachant incapable de retourner dans une salle d’opération. Ils lui avaient coupé les jambes, bordel ! Comment pouvait-il ne pas détester ces chirurgiens ? D’accord, ils lui avaient sauvé la vie mais…mais ils avaient fait de lui un cul de jatte et puis, Neela était chirurgienne. Elle n’avait plus donné signe de vie depuis 3 ans. Ils s’étaient écris de temps à autres puis au fil des mois, les lettres s’espacèrent de plus en plus jusqu’à ne plus être écrites du tout.

Alors il était devenu ce qu’il aurait dû être depuis le début, assistant social. On lui avait proposé Chicago et il avait refusé dans un premier temps avant de se rendre compte qu’il n’était plus un gamin. Il ne devait pas avoir peur de croiser ceux qui le connaissaient d’avant son accident. Après tout, il passait le plus clair de son temps libre avec ses anciens amis musiciens, pourquoi craignait-il de revoir ses anciens collègues de travail ?

« Je pars au County. » informa-t-il Sara, une de ses collègues de travail en se levant.

Elle hocha la tête et il attrapa son vieux manteau kaki qui ne le quittait plus. Ca faisant combien d’année qu’il l’avait ? 10 ans ? Au moins. Il s’étira lorsqu’il fut debout et commença à sortir du bureau. Le County n’était pas très loin. En deux stations de métro il y serait et pourtant il avait l’impression de traverser la terre entière. Grâce à ses prothèses et sa lente rééducation, il marchait convenablement, mise à part un très léger boitement à droite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 25 Oct - 21:50

.-.-.-.-.-.


Suivie de Nathan qui la suivait comme son ombre, Neela se rendit en Rea 1 aux Urgences. Morris lui fit le topo et elle recula pour laisser la place à son interne. Il devait apprendre. Suivant ses directives et son instinct, celui-ci permit de stabiliser le patient et la jeune femme l’envoya en chirurgie à l’étage pour poursuivre l’étude de ce cas. Elle ne pouvait s’en occuper, étant attachée aux Urgences pour les documents administratifs. Tout ce qu’elle détestait mais il fallait bien passer par là et de toute façon qui aimait ça ?

Malheureusement au moment où ils allaient dans le couloir vers les ascenseurs, le cœur de l’accidenté fit un arrêt et on le ramena d’urgence en Réa 1. Cette fois-ci, Neela prit les choses en main sous le regard horrifié de Nathan. Où avait-il failli ?



Ca faisait vraiment bizarre de revenir ici. Rien n’avait changé et pourtant il ne reconnaissait pas les lieux. Tout était si différent. Frank n’était pas à la réception. Les infirmières qui courraient un peu partout n’étaient pas les mêmes qu’il y a quatre ans. Il alpagua la première blouse blanche qui passait, un jeune homme châtain aux yeux bleus, Grady selon son badge.

« Ray Barnett de l’assistance sociale. On nous a appelé…
« Oh oui, c’était moi. Je vais chercher le Docteur Lockhart, c’est son patient. »


Un sourire ne put s’empêcher de se dessiner sur les lèvres de Ray. Abby travaillait toujours ici alors ? En même temps c’était chose logique : elle était faite pour les Urgences. Il entendit d’abord sa voix avant de voir débarquer ce petit bout de femme avec qui il avait fait son internat. Toujours cette même voix grave et assurée, ces cheveux bruns qu’elle attachait pour ne pas être gêné. A la différence d’il y a quatre ans cependant, on constatait un petit embonpoint qu’un petit habitant lui faisait sous le nombril. Le visage sévère de la jeune femme s’éclaira lorsqu’elle leva les yeux sur l’assistant social, les détachant du dossier médical de la patiente qu’elle venait de quitter.

« Oh mon Dieu !! Ray ! »

Elle le prit immédiatement dans ses bras, heureuse de retrouver son ami et surprise également, même estomaquée.

« Mais qu’est ce que tu fais là ?
« C’est toi qui as appelé : les services sociaux. »


Elle fronça légèrement les sourcils avant de comprendre qu’il avait changé d’orientation. Elle approuva de la tête et n’osa lui demander comment il se portait. Elle dirait bien. Elle ne l’avait pas vu en fauteuil roulant, c’était peut être pour ça que le voir debout, devant elle, ne la choquait pas outre mesure.

« Depuis combien de temps tu es à Chicago ?
« L’année dernière. »


En apprenant cette nouvelle, elle lui jeta un regard stupéfait et lui prodigua un coup du dos de la main dans son ventre :

« Pourquoi t’as pas appelé ? »

Pourquoi ? Il n’en savait rien. Par peur. Par appréhension. Parce qu’il voulait oublié ce qui l’avait poussé à partir. En guise de réponse, il haussa les épaules et mit ses mains dans les poches de son jean, manie qui ne l’avait pas quitté depuis quatre ans. Elle comprit dans ce silence qu’il ne fallait pas insisté à ce sujet et à dire vrai, elle s’en voulait également. Elle n’avait pas cherché à garder contact avec. Quelques cartes envoyées en vacances ou pour la nouvelle année, le minimum légal.

« Félicitations. Un frère ou une sœur pour Joe ?
« Merci. Surprise totale, je veux toujours pas savoir. La réponse dans 4 mois. »


Elle posa sa main sur son ventre dans une attitude maternelle et informa Ray sur sa petite famille.

« Joe va bien. Luka travaille désormais dans une clinique privée. C’est plus facile. Il a de véritables horaires. Ca aide avec des enfants en bas âge. »

Ray hocha la tête, souriant à son amie, et Paul rappela sa présence en se raclant la gorge. Ils sursautèrent ensemble et l’assistant social tourna la tête vers lui avant de reporter son regard sur Abby :

« Oui, tu m’as appelé pour…
« Exact. C’est par là. On suppose qu’elle est battue, enfin elle est battue par son mari mais elle n’ose pas s’en séparer. C’est là que tu interviens. »


Ray lui emboîta le pas vers la salle accueillant la patiente et entreprit de la faire parler jusqu’à lui faire prendre conscience de la réalité, aussi horrible soit-elle. C’était ce qu’il aimait tant dans ce métier. Il avait l’impression d’être la dernière marche avant le chaos absolu. Il aidait les familles, les enfants surtout, à se reconstruire, à devenir exactement ce qu’elle devait être, à les sortir de la spirale infernale dans laquelle elle se trouvait enfermée. Pourquoi s’était-il entêté à devenir médecin alors que sa vocation c’était ça ?




Ca faisait maintenant 40 minutes que le staff tentait en vain de faire revenir à la vie le conducteur responsable de l’accident. Neela s’obstinait parce qu’elle sentait le regard rempli de culpabilité de Nathan derrière elle. Il s’en voulait. Il se tenait responsable pour ce qu’il venait d’arriver. Mais il n’y était pour rien. Elle ordonna une dernière ampoule d’adré et le choque une dernière fois, juste une dernière au-delà de la déraison. Mais il existait des miracles non ? Elle voulait croire aux miracles. Il devait y avoir un miracle aujourd’hui. Mais non. Pas de miracle dans cette pièce aujourd’hui. Elle abandonna la partie et se passa la main sur le nez, tenant toujours le défibrillateur dans les mains.

« Heure du décès, 13 :17. »

Elle reposa les palettes sur la table et jeta ses gants à la poubelle tandis que les autres membres de l’équipe médicale sortaient, laissant Sam s’occuper du mort. Nathan partit violemment et Neela se dépêcha de le rattraper du côté de la réserve à médicaments.

« Tu n’y es pour rien. Tu as fais du bon travail.
« Du bon travail ? Il est mort.
« Ses lésions étaient trop sévères. On ne l’a pas vu plus tôt. C’était impossible.
« J’aurai dû !
« Ne te blâme pas pour cette mort. Réserve ça à celles pour lesquelles tu seras vraiment responsable. »


Nathan eut un mouvement de la tête en arrière, fronçant les sourcils, et croisa les bras. C’était vachement dur ce qu’elle venait de dire !



Finalement, Ray avait obtenu ce qu’il voulait. Bon pas de la manière qu’il l’aurait souhaité mais c’était toujours ça de pris. La femme avait accepté de porter plainte de son mari et de venir loger dans un foyer avec ses enfants dans l’attente d’un appartement social. C’était ça ou il lui retirait ses enfants. Et il n’aurait aucun regret à le faire. Tout ce qui comptait pour lui c’était le bien être des enfants, au risque de briser une famille. De toute manière au moment où il intervenait, la famille était de toute manière déjà en souffrance. Il informait Grady de la suite des démarches et s’apprêtait à aller chercher Abby pour lui demander si elle voulait venir boire un café. Il voulait savoir ce qu’il s’était passé en son absence. Qui était le nouveau chef ? Qu’étaient devenus Morris et Pratt ? Comment se portait Joe ? Et surtout Neela. Allait-elle bien ? S’était-elle reconstruite ? Avait-elle quelqu’un dans sa vie ?

« Vous vous occupez de moi ? »

Une voix féminine toute proche retint son attention et il se tourna vers une magnifique jeune femme. Tout à fait son genre : des courbes affriolantes, des lèvres pulpeuses, des yeux bleus océan, des cheveux blonds d’or, un sourire charmeur.

« Pardon ? »

Elle leva son bras gauche.

« On m’a dit d’attendre pour qu’on l’examine et ça fait à peu près une heure déjà.
« Je ne suis pas médecin. »


Oui, il ne l’était plus. C’était dur après tant d’année à essayer de le devenir.

« Oh pardon, je vous ai vu parler avec le médecin tout à l’heure alors…
« Eh bien non. Va falloir attendre encore un peu je pense. Les Urgences sont toujours surchargées.
« Tant mieux.
« Pardon ?
« Je veux dire : tant mieux que vous n’êtes pas médecin… »


Il lui jeta un regard circonspect et se rapprocha d’elle, l’interrogeant en silence :

« J’ai entendu dire que sortir avec les patientes est très mal vu du corps médical. Tant mieux si vous n’êtes pas mon médecin alors. »

Ray éclata de rire à ces propos. Elle avait de la répartie et du culot à revendre. Il adorait ça. A bien y réfléchir, elle était tout à fait son genre de fille. Il se racla la gorge et ses yeux lancèrent des étincelles amusées, continuant à flirter avec.

« Vu comme ça… »

Mais il se figea en apercevant derrière elle une silhouette qu’il connaissait que trop bien.

« Excusez moi. »

Il s’éloigna de la patiente et se rapprocha vivement de la chirurgienne qui s’éloignait vers la salle de repos. Son cœur battant à tout rompre, il fronça les sourcils, s’humectant les lèvres alors qu’il n’osait pas l’arrêter. Mais malgré lui, les mots sortirent de sa bouche, stupéfait, se surprenant lui même d’entendre sa voix en sortir.

« Neela ? »

Il cessa de respirer en la voyant s’arrêter, le dos tourné à lui. Son cœur était comme pris dans un étau et il se sentait fébrile. Lorsqu’elle se tourna vers lui, il eut une envie subite de hurler, de se précipiter vers elle et le prendre dans ses bras, de lui jurer que plus jamais il ne la quitterait, que malgré le temps et l’absence il l’aimait toujours. Eh oui. Il avait passé quatre années à tenter de l’oublier, à se persuader qu’elle n’était plus qu’un souvenir lointain et qu’il pourrait croiser demain ces yeux d’un noir ébène, voir cette peau ambrée au grain délicieux, ces lèvres d’une douceur infinie, sans ressentir quoi que ce soit. Mais c’était faux, ridiculeusement faux. Rien n’avait changé. Ce qu’il ressentait en cet instant même lui faisait prendre conscience aujourd’hui plus que jamais de son erreur. Il avait eu tort de partir. Il avait eu tort de croire que cet amour était enterré. Un amour comme ça ne s’enterre pas.

TBC...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 25 Oct - 22:23

Oooooooooooohhhhhhhhhhh j'adore !!!

J'ai bien ri pour "la patiente". Tu nous as fait un court remake du RPG là ! lol

Bon c'est pour quand la suite ?

Tu écris vraiment très bien, mais bon, tu le sais déjà ! ^^ J'suis fan.

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
gingertwist
||||| Private Admin ||||| Call me Mrs Chambers !


Féminin
Nombre de messages : 2689
Age : 34
Localisation : In bed with Karev
Ship : Addex forever
Doudou officiel : Justin Chambers
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Ven 26 Oct - 0:46

Waaaaaaaaw Helene rules !!!!!!

Une belle plume, une belle histoire, une pincée de reve et beaucup de realisme, je suis super fan !!!

C'est la premiere fic en français ER que je kis et je suis pas déçue, c'est un vrai petit chef d'oeuvre :::

_________________

Videos
Apple-IRIS-Breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 17:46

Miciiii!!!!!!!
Légèrement un remake sauf que ça va pas se finir pareil. Razz
Oh la la merci! J'en rougis. Tu m'as fais le plus beau des compliments : j'essaie de coller le plus pour faire en sorte que...c'est possible. En tout cas, je suis honorée.
Merci, merci et encore merci!
Allez voilà la suite.

Disclamer : Les personnages de la série E.R. ne sont pas ma propriété mais celles de leurs auteurs et NBC. Les personnages de Nathan Dermott, Griet De Vries et Aidan m'appartiennent toutefois.

Chapitre 3 : Je suis parti. Tu es restée.

« Neela ? »

La jeune femme se figea instantanément en entendant cette voix sortie tout droit d’un passé enfoui sous les années passées. Non, elle devait encore faire un de ces satanés rêves qui la hantaient de temps à autres. Ce n’était pas possible. Elle resta quelques temps, peut être un millièmes de seconde, le dos tourné, refusant de se retourner de peur de le voir disparaître. De peur qu’il ne s’évapore, que cette voix qu’elle n’avait jamais oubliée ne soit que le produit de son imagination délirante à force de nuits blanches et de gardes trop nombreuses. Lentement, elle expira, espérant par la même que son cœur cesse de battre à une allure effrénée comme il le faisait en ce moment même, puis elle prit son courage à deux mains et se retourna vers la voix, vers sa voix.

Elle eut un hoquet de surprise en le voyant se tenir à quelques mètres d’elle à peine. Debout. Oh mon Dieu il est debout, sur ses deux jambes ! Dire qu’elle était choquée aurait été un euphémisme. Non seulement, Ray se trouvait devant elle mais en plus il était debout. Elle en eut le souffle coupé et ce détail la conforta dans l’idée que ce n’était qu’un rêve, un de plus. Qu’il n’était pas revenu mais que son esprit l’avait matérialisé devant elle.

« Ray ? »

Sa voix transperça le silence qui s’était installé entre eux après son interpellation à travers les couloirs des Urgences où ils avaient tant passé de temps ensemble. Elle fut surprise d’entendre le son de sa voix passer ses lèvres. Elle avait toujours l’impression d’être dans un rêve éveillé. Mais diablement réel. Celles du jeune homme se fendirent d’un sourire, un de ses sourires francs et sincères qui témoignait sans détour de sa joie. Il se rapprocha d’elle de quelques pas, s’arrêtant peu devant elle et elle pouvait sentir son parfum venir s’insinuer dans son nez. Un parfum qui l’enivrait comme à chaque fois qu’elle le percevait, la renvoyant des années en arrière, à cette colocation chaotique, à cette relation ambiguë, à cette nuit-là. Elle avait envie de le serrer dans ses bras pour voir si c’était réel mais elle n’osait pas le faire. Ca serait trop…trop.

« Mon Dieu Ray ! »

C’était réel. Aussi réel que les flatulences du petit garçon situé juste à côté d’eux et qui attendait impatiemment qu’un médecin ne vienne l’examiner. Se rendant compte, que pour une fois, elle ne dormait pas et que Ray se trouvait bien devant elle en chair et en os, Neela sourit heureuse de le retrouver et pencha légèrement la tête, les yeux illuminés.

« Comment vas-tu ? Qu’est ce que tu fais ici ? »

‘Comment ça se fait que tu soit debout ?’ Cette question l’obsédait mais elle était une personne bien trop convenable pour oser la poser. Ca ne se faisait pas. Ray haussa les épaules et mit les mains dans son jean, délicieuse habitude qu’il n’avait pas délaissé. Elle adorait quand il faisait ça.

« Ca va…Tu as le temps pour un café ? »

Neela ouvrit la bouche mais rien ne sortit. Etait-ce une bonne idée ? Elle s’était reconstruite. Elle avait mit du temps à le faire et heureusement que Aidan avait été là. Sans lui, elle se serait noyée. Mais à force d’amour et de patience, il lui avait ouvert ses poings fermés. Il était tout pour elle comme il y a un temps Ray avait été tout pour elle.

‘Allez Neela, c’est juste un ami. Un ami.’ S’admonestia-t-elle intérieurement. Elle jeta un coup d’œil à sa montre. Son opération ne débutait que dans une heure. Elle lui devait bien ça. Elle avait honte d’avoir coupé les ponts avec lui mais à ce moment, elle avait pensé que c’était la meilleure solution. Pour pouvoir qu’ils guérissent tous les deux à leur manière, il fallait passer à autre chose. Elle l’avait fait avec Aidan, lui avec Katey à ce qu’elle avait entendu dire. Elle releva les yeux sur Ray et souriant, répondit :

« Bien sûr. »



Un nouveau café, le Status Quo, s’était installé en face du County, juste à côté du Jumbomart, leur endroit. Là où ils s’étaient véritablement rencontrés. Ray revoyait encore Neela avec sa petite couronne de la statue de la liberté, s’ennuyant au comptoir. Cette pensée lui arracha un sourire alors qu’il traversait la rue, faisant bien attention à l’absence de voitures. On ne l’y reprendrait plus une deuxième fois. Il avait donné dans les accidents routiers et il savait que piéton contre camion, ce n’était pas le piéton qui le remportait. Aujourd’hui, il prenait la chose avec philosophie mais parfois il avait encore du mal. Il avait perdu ses jambes après tout, ce n’était pas une mince affaire et des prothèses ne pourraient jamais remplacé cette sensation de vide quand parfois sa jambe le grattait juste avant qu’il se souvienne qu’il n’en avait plus.

Ils commandèrent leur café et s’installèrent à une table en retrait, loin de la vitre, comme pour se protéger du monde extérieur, pour avoir un petit instant de paix loin du bruit et l’agitation de la ville. Neela posa ses mains en coupe autour de son café, observant la surface liquide noire comme si son destin était écrit dedans. Peut être que ça l’était après tout. Finalement, elle prit à nouveau la parole alors que Ray se réchauffait au contact de la tasse, du moins il l’attribuait à la tasse.

« Alors, tu es revenu depuis longtemps ?
« Il y a un an. »


Il vit son regard s’ouvrir d’étonnement et d’autre chose encore mais il ne savait le définir. De la tristesse ? De la déception ? Elle était blessée. Il aurait dû la prévenir mais…mais il n’avait pas d’explication. La blessure était encore trop ouverte pour qu’il revienne vers elle, encore une fois. Il y avait sans doute de ça pour une fois. Il en avait assez de lui courir après. Il lui avait dit ce qu’il ressentait pour elle. Il était tombé amoureux d’elle. Mais jamais, elle n’avait fait le premier pas vers lui. Il avait voulu qu’elle se décide cette fois-ci. Ca n’était pas arrivé et le destin s’en était mêlé. Il se racla la gorge tandis qu’elle baissait les yeux.

« On m’a offert un poste aux services sociaux de Chicago. Et, ça semblait le bon moment. Rien ne me rattachait à Bâton Rouge.
« Tes parents ? »


Ray haussa les épaules. Il n’en avait jamais parlé à personne. Katey avait été aveugle mais ses relations avec ces derniers n’étaient guère au beau fixe. Ca n’avait que s’empirer à leur divorce. Puis, il avait besoin de revenir. Le Nord du pays lui manquait. Il supportait désormais mieux le vent glacial de Chicago que les tornades tropicales de la Louisiane.

« Donc tu es le nouvel assistant social du County ?
« Ouais. Je ne pouvais pas continuer mon internat. Puis, je dois avouer que je préfère ce que je fais aujourd’hui que ce que je faisais il y a 4 ans. Cette vocation de venir en aide à ceux qui en ont besoin, je pensais la trouver dans la médecine mais il n’y a pas que le physique. »


La jeune femme hocha la tête, approuvant parfaitement. Il était parfait dans ce rôle. Déjà lors de son internat, il pouvait ouvrir les cœurs des patients qui se confiaient à lui, lui accordaient sa confiance, rétablissaient l’ordre pour le mieux, s’intéressant davantage à l’après, à leur vie, attitude peu compatible avec la médecine d’urgences.

« Alors ? Et toi ? Qu’est ce que tu es devenue durant ces 4 ans ?
« Oh, j’ai poursuivi mon internat en chirurgie et on m’a demandé de remplacer Crenshaw au poste de chef des internes lorsqu’il est parti.
« Félicitations, tu dois faire un professeur génial. »


Elle haussa les épaules, incapable de se juger elle-même et le silence se réinstalla, confortable jusqu’à ce que Ray le brise à nouveau :

« Abby attend un nouvel enfant ?
« Oui. Luka est revenu de Croatie pour de bon et a trouvé un emploi dans une clinique privé. Il joue la nounou lorsque les horaires de Abby sont intenables.
« Au moins, c’est bon de voir une chose qui ne change pas !
« Hélas. Beaucoup de monde est parti. Toi, Hope, Pratt, Tony aussi. »


Ray grimaça. Il n’avait pas spécialement envie de parler de lui mais ça lui faisait plaisir de savoir qu’il n’était plus dans les parages. Même s’il ne représentait plus vraiment un concurrent dans le cœur de Neela. ‘Je ne suis qu’une moitié d’homme. Comment pourrait-elle encore avoir envie d’une histoire avec moi ?’

« Morris est avec Sam maintenant. Il est en train de la tanner pour qu’elle l’épouse. »

Ray faillit s’étouffait en buvant son café et fut pris d’une violente quinte de toux.

« Quoi ?! »

Neela éclata de rire, ce même rire qui lui avait tant manqué et qu’il percevait de temps à autres dans ses rêves.

« On a tous eu la même réaction, rassure toi. Je sais pas comment c’est arrivé mais c’est arrivé. Parfois il y a des choses qui ne s’expliquent pas. »

‘Comme nous.’ Pensèrent tous les deux en même temps.

A ce moment, le biper de Neela résonna et elle l’observa pour se rendre compte qu’elle était demandée de toute urgence. Elle se leva, laissant tomber sa monnaie dans la soucoupe de café.

« Je dois y aller.
« Si tu finis pas tard, on peut reprendre cette conversation ?
« Je termine dans une heure. Si tu as le temps…
« Je reste dans le coin. »


Elle lui sourit et hésita à l’étreindre pour finalement y renoncer. Elle se contenta d’un signe de la main et il resta quelques instants dans ce café à l’observer traverser la rue, veillant sur ses pas comme pour la protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 17:46

.-.-.-.-.-.


« Bien et maintenant, tu clampes l’artère et tu en retire l’obstruction. »

Neela et Nathan était en train d’opérer Mr Shopovski d’une ischémie aiguë. La chirurgienne se trouvait à gauche, face à son interne qui s’en sortait plutôt bien. Elle était sensée avoir terminée il y a 10 minutes mais l’opération avait débuté avec du retard en raison d’un problème d’anesthésie. Alors qu’ils venaient de terminer et s’apprêtaient à suturer, l’artère sous clavière fut sectionnée accidentellement et en quelques secondes à peine le sang noya le champ d’opération de son aspect rougeâtre.

« Mince ! » s’exclama Neela en tentant de limiter les dégâts. Tout était à refaire. Elle était loin, très loin d’être sortie.



Ray avait sagement attendu Neela, discutant tranquillement avec Archie, Sam ou Abby dès qu’ils avaient un moment de libre. C’est comme ça qu’il apprit que Pratt avait suivi Bethina, la radiologue à Philadelphie ; que Morris avait couché la première fois avec Sam suite à la soirée du nouvel an passablement éméché mais surtout que Neela avait subi un grave accident peu de temps après le sien. Son cœur avait fait un bond dans sa poitrine. Piétiné, elle s’était faite piétiné et ne lui en avait jamais soufflé mot ? Ce n’était pas une mince affaire ! Pourquoi avait-elle refusait d’en parler ? Il allait lui faire la remarque après son service.

Mais une heure était passée, puis une autre, et la moitié d’une autre. Il se dit qu’elle devait être bloquée en salle d’opération et que ça valait le coup d’attendre. Même s’il avait juré de ne plus jamais l’attendre. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Finalement, elle était apparue, sortant de l’ascenseur, l’air pressé et fatigué. Le cœur débordant de joie, Ray s’éloigna de la réception où il s’était retranché en attendant de l’agitation, du spectacle ou quelqu’un à qui parler.

« Prête ? »

Neela lui jeta un regard surpris.

« Je suis désolée : on a eu quelques complications. L’opération a pris du retard.
« Je m’en doutais : tu sais j’ai bossé ici. »


La jeune femme ouvrit la bouche avant de la refermer et d’approuver de la tête.

« Oui. »

Elle se gratta légèrement derrière l’oreille, chose qu’elle faisait toujours quand elle avait quelque chose de grave ou sérieux à dire. ‘Oh oh.’

« Je suis désolée : je peux pas rester. Aidan va m’attendre. Faut vraiment que j’y aille… »

‘Aidan ?’

« On peut remettre ça à demain ? Je bosse pas l’après midi et j’aimerai vraiment te présenter quelqu’un… »

‘Et moi j’en ai pas spécialement envie…’ ne put s’empêcher de penser Ray. Pourquoi s’évertuait-elle à le torturer ainsi ? Lui donnant toujours l’espoir avant de le lui reprendre ? Pourquoi continuait-il à s’attacher à elle ? Elle avait passé l’éponge, était passée à autre chose avec un autre alors que lui s’accrochait désespérément. C’était d’un pathétique !

« Bien sûr. Après mon travail ?
« Parfait, alors à demain. Ca me fait plaisir de te revoir, Ray.
« Ouais, moi aussi. »
mentit-il alors que son cœur recommençait à saigner comme il y a quatre ans.

Il resta quelques instants à l’observer partir avant de se ressaisir. Non, elle ne le brisera plus. Il avait cru qu’elle avait changé mais il avait faux. Elle était toujours la même, celle dont il était tombé éperdument amoureux mais qui lui avait brisé le cœur à de trop nombreuses reprises. C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Il se jura que c’était terminé même si on ne pouvait gouverner son cœur. Il essaierait et y parviendrait à force de temps. Il poussa un profond soupir et sortir dans la nuit qui commençait déjà à tomber. L’hiver approchait à grand pas.

« Vous aviez raison. »

Il se retourna vers la voix féminine derrière lui qui avait résonné, ne la reconnaissant pas. Il mit du temps à resituer la délicate silhouette devant lui. C’était la patiente de tout à l’heure.

« Raison ?
« J’ai dû attendre et pas qu’un peu. »
répliqua-t-elle en montrant son poignet entouré d’une bande. Visiblement il n’était que foulé.

Ray la gratifia d’un léger sourire même si le cœur n’y était pas tandis qu’elle se rapprochait de lui.

« Les urgences portent rarement bien leur nom. »

Elle émit un rire délicat en se rapprochant de lui d’une démarche féline. Définitivement son genre.

« Alors vous me le payez ce verre ou on reste à poirauter là à se regarder dans le blanc des yeux en essuyant des banalités désespérantes ? »

Et entreprenante avec ça ! Cette attitude le changeait considérablement. Il rit à son tour et mit ses mains dans les poches de son jean, haussant les épaules.

« Allons-y alors… ?
« Griet De Vries.
répondit-elle en lui tendant sa main valide.
« Enchanté, Ray Barnett. »

.-.-.-.-.-.

Neela avait couru sur les quais pour attraper sa trame de métro. Elle était diablement en retard. Elle détestait ça. Surtout que Aidan n’était pas du genre à aimer le retard. Il lui faisait payer à sa manière et à lui rendre la monnaie de sa pièce. Et elle n’en avait pas besoin. Pas en ce moment et surtout pas aujourd’hui. Ray était revenu il y a un an et il n’avait pas essayé de la contacter ? Il n’avait prévenu personne ? Que devait-elle en déduire ? Elle préférait ne pas l’imaginer. Ca lui faisait déjà mal rien que d’y penser. Elle sursauta en entendant son arrêt et se précipita dehors avant que les portes ne se referment, encore un peu et elle le ratait.

« Je suis rentrée ! » s’exclama-t-elle en ouvrant la porte d’entrée, la refermant derrière elle et posant son manteau dans l’entrée.

Elle aimait cet appartement. C’était le sien. Celui qu’elle avait partagé avec Ray. Elle ignorait pourquoi elle avait emménager à nouveau ici après le départ de son ancien colocataire pour la Louisiane. Peut être en avait-elle besoin. Ce qui était stupide vu qu’elle s’évertuait ces trois dernières années à chasser de son esprit les fantômes du passé. Mais la vérité était qu’à l’époque, elle s’y était raccrochée comme à un phare dans la nuit.

Trente secondes plus tard à peine, elle entendit un joyeux cavalement arriver droit sur elle et elle s’accroupit les bras en avant pour attraper Aidan qui se précipita sur elle, la gratifiant d’un énorme câlin que ses petits bras pouvaient offrir.

« Maman ! Au zoo, y a un lion. Bah il est sorti de sa cage et il a attaqué une vieille dame.
« Oh, vraiment ? » s’intéressa Neela en se redressant et en saluant Lily, la jeune baby-sitter.

Cette dernière la salua et lui sourit en levant les yeux au ciel. Aidan était à un âge où il affabulait pour impressionner sa maman et tous les adultes qu’il rencontrait. La jeune fille attrapa ses affaires, fut gratifiée par l’enfant d’un bisous meuh meuh comme en revoir et attrapa ses affaires pour partir.

« Ouais ! Mais c’est pas grave parce que le gardien il a sorti un rayon laser et baouuuuum. »

Que c’était bon d’être chez soi.

TBC…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 21:06

C'est pas vraiiiiiiiiiiiiiii ! Shocked Pour une surprise, c'est une surprise !!!

Je ne m'imaginais pas une seule seconde qu'Aidan était son fils ! Truc de ouf ! Et j'adore cette idée ! C'est génial !

Et comme d'habitude, c'est très bien écrit. Hélène, moi j'te dis, lance toi dans l'écriture ! Scénar, bouquins, tout ce que tu veux, mais fais-le !

Alors maintenant la question est... qui est le père ?!! Me dis pas que c'est Ray !!! Oh la la ça serait trop bien ! Love Je bouillonne d'impatience !!!! (je sens que c'est Ray, obligé c'est lui !) Quoique... elle aurait été enceinte lorsqu'elle s'est faite piétinée... pitêtre que le foetus n'aurait pas survécu. Et puis elle l'aurait su avant de ne plus revoir Ray donc elle le lui aurait dit... enfin en même temps c'est Neela... elle est bizarre !
Mais comme le petit parle bien, c'est qu'il est quand même assez âgé, donc il a été conçu il y a un bout de temps quand même... donc le père, c'est peu être Ray ! Si c'est pas Ray, LN, je vais être TROP déçue, j'te préviens !

En tout cas, j'ai vraiment A-DO-RE ce chapitre ! Encore plus que les 2 premiers !

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
gingertwist
||||| Private Admin ||||| Call me Mrs Chambers !


Féminin
Nombre de messages : 2689
Age : 34
Localisation : In bed with Karev
Ship : Addex forever
Doudou officiel : Justin Chambers
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 21:13

OMG !!!!!

Ce chapitre est vraiment génial !!! Je m'attendais pas non plus à ce que se soit fils mais c'est tres bien trouvé et tellement bien raconté. Dès les premières lignes on est embarqué dans ton histoire.Je rejoins Caro, tu as vraiment un don pour l"ecriture... merci de nous en faire profiter !!

_________________

Videos
Apple-IRIS-Breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 21:25

Embarassed Laughing Je suis morte de rire en vous lisant et en même temps, je suis super touchée. Merciiii. cheers
Je suis fière de mon coup là (je vous ai dit que j'aimais mener mes éventuels lecteurs en bâteau). J'étais sûre que vous allier deviner que c'est son petit garçon avant que je le révèle. Mais apparement ça va, j'ai bien mener ma barque.
Mwahaha qui est le père? Je vous le dirai pas. Rien ne filtrera.
(j'adore Caro qui est déjà en train de faire des shémas pour essayer de deviner Laughing Bon courage!)
La suite? Mardi normalement. ^^
Merci encore!! Vous êtes géniales les filles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Dim 28 Oct - 22:47

C'est toi qui es géniale avec tes idées géniales !!!

Vraiment, j'ai eu ENORMEMENT de plaisir à lire ce chapitre ! Enfin ! les retrouvailles...

J'veux une happy end, j'te préviens ! Et j'veux que mes schémas soient les bons !!! Oh la la ça serait TROP FORT !!!

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mar 30 Oct - 22:59

Je te le redis ici : je ne me ferai pas influencée! Je m'appelle J.K.R. moi!! Laughing

Chapitre 4 : Les cicatrices de tout ce qu’ils ne sauront jamais

Le soleil entrait à flot dans la chambre de Neela, changeant radicalement de ces journées d’octobre auxquelles elle s’était habituée. De temps à autre, l’été indien venait frapper à la porte de cette grande ville que représentait Chicago, jouant de ses reflets dans les couleurs chaudes dont les arbres étaient encore recouverts. Et ces matins-là, la jeune femme se réveillait avec un sourire sur les lèvres, comme si plus rien ne pouvait venir la gâcher. Aujourd’hui plus que tout autre. Lentement, elle ouvrit les yeux pour découvrir juste en face d’elle, partageant le même oreiller, Ray. Il l’observait avec une tendresse infinie et une émotion flagrante. Lentement un sourire se dessina sur ses lèvres et il l’accueillit avec douceur :

« Bonjour. »

Elle gémit et se passa la main sur le visage s’étirant :

« Bonjour. »

Il avança la main sur son visage et caressa ses cheveux, sans détacher son regard d’elle :

« Je t’aime depuis si longtemps… »

Elle se retourna vers lui, se noyant dans ses yeux bleus que le soleil presque translucides. Il était si beau. Mon Dieu, toutes ces années passées loin de lui. Comment avait-elle pu survivre ? Elle se mordilla la lèvre et s’apprêtait à répliquer la même chose lorsque soudain des particules de plâtres tombèrent sur leurs visages. Inquiets et intrigués, ils levèrent le regard vers le plafond au moment même où celui-ci se fissura de plus en plus rapidement jusqu’à ce que le plafonnier leur tombe dessus.

« OUCH ! »

Neela se réveilla pour de bon en sursaut en sentant une masse lourde venir s’écraser sur son ventre.

« ‘Jour, Maman !!! »

Aidan avait par on ne sait quel miracle réussi à s’échapper de son lit et à venir sauter sur celui de sa mère. Un vrai petit démon. C’était bien le fils de son père ! Elle poussa un soupir en voyant l’heure qu’il était. 6h14. Trop tôt. Beaucoup trop tôt. Refermant les yeux, elle attrapa dans ses bras l’enfant et fit semblant de se rendormir mais visiblement il n’en avait pas envie.

« Debout maman !!! »

Il s’amusait à tirer sur les joues de celle-ci pour la forcer à se bouger, lui faisant des nœuds dans les cheveux, lui pinçant le nez pour l’empêcher de respirer. Un démon avait-elle dit.

« Pancakes cactus ! »

Déjà il était debout sur ses petites jambes et tirait sa mère pour qu’elle se décide à se lever. Finalement au bout de quelques secondes, elle approuva et lui donna raison une fois encore. Elle n’y pouvait rien. Elle savait qu’elle ne devait pas céder à ses caprices. Mais il était tout pour elle. Et ça c’était intensifié lorsque son père était parti. Elle avait dû affronter seule les difficultés inhérentes à son statut de mère célibataire. Mais elle ne lui en voulait pas. Il avait le droit d’avoir la vie qu’il entendait mener même si c’était loin d’eux. Heureusement qu’Abby avait été là pour elle. Elle ignorait comment elle s’en saurait sortie sinon.

.-.-.-.-.-.


Bip. Bip. Bip.

La main de Ray vint s’écraser sur son réveil pour qu’il cesse son bruit strident lui cassant les oreilles. Il n’y avait rien de pire comme moyen de se sortir de son sommeil mais ce n’était pas comme si il avait le choix. S’il l’avait, il resterait couché jusqu’à 12h et ne sortirait que vers 18h pour commencer la tournée des bars. Comme hier soir. Il avait passé une excellente soirée, si on mettait le lapin que lui avait posé Neela un peu plus tôt.

« Putain Ray ! Arrête de tout ramener à elle. Elle n’en vaut pas la peine. »

‘Ouais c’est ça. T’es presque crédible.’

Il fit taire son alter ego qui avait élu domicile dans son cœur et ne le lâchait pas pour ce qui était de sa relation avec son ancienne colocataire et se concentra sur la fin de soirée passée avec la pulpeuse Griet. Elle avait de quoi rendre fou le plus indifférent des hommes et son charme avait quelque peu fonctionné sur lui la veille. En sortant du bar, il l’avait emmené dans un coin sombre et l’avait embrassé passionnément, sans se représenter Neela cette fois-ci. Elle avait assez bien réagi et ils avaient terminé chez elle où il l’avait prise contre le mur. Sans baisser plus que nécessaire son jean. Il en était incapable depuis son opération. Il se comparait à un monstre. Il n’était qu’une moitié d’homme. Même avec Katey, il n’en avait pas été capable.

Il se leva finalement et prit une rapide douche. Il avait dû l’aménager. Il avait dû s’habituer. Il faisait les choses plus lentement maintenant. Ca aurait dû le calmer certainement mais en fait c’était l’hypothèse inverse qui avait prévalu. Depuis sa rupture avec Katey, agacée des fantômes du passé, il menait une vie encore plus débridée que celle qu’il menait avant d’intégrer le County et de se faire remonter les bretelles par une Neela en rogne qu’il ait délaissé son patient pour se rendre à une fête. Il ne comptait même plus le nombre de MST qu’il avait choppé mais cette fois-ci, ça n’avait influencé en rien son travail. Il y était impeccable et sans doute c’était en cela qu’il avait mûri.

Il sortit de son immeuble, empruntant l’ascenseur comme tous les matins. La montée des marches jusqu’au métro aérien fut une corvée comme d’habitude. L’attente de la rame fut cependant plus agréable, le soleil lui apportant un réconfort chaud. Il attrapa son portable et composa le numéro de Griet, tombant sur son répondeur :

« Salut, c’est Ray. Y a une fête ce soir au Millenium Mambo. On peut se rejoindre au parc. J’y serai vers 18h. A ce soir. »

Pas de raison que Neela lui jette son bonheur éclatant au visage en lui ramenant un mec qu’il n’avait pas mais alors pas du tout envie de rencontrer. D’abord c’était quoi ce nom ? Aidan. Ca voulait rien dire. C’était de quelle origine ? Irlandaise. Un alcoolo quoi. Et puis, c’était un prénom de fille aussi. Ce mec était sûrement un loser total !

.-.-.-.-.-.


« Bon boulot, Nathan. A demain. » déclara Neela à son interne alors qu’elle sortait du service chirurgie.

Ca lui avait fait du bien cette appendicectomie., pas réellement compliquée même bénigne mais ça l’avait remis en selle après le désastre de la veille et lui avait redonné une confiance en lui, absolument nécessaire pour être un bon chirurgien. Et il avait dû l’être pour l’accidenté de la route qu’il avait accueilli en urgences. Nathan avait fait un travail remarquable et la jeune femme était fière de lui et des progrès qu’il avait effectués en quelques mois à peine. Il serait bon, un très bon chirurgien. Elle avait parlé quelques temps avec Dubenko. Depuis qu’ils avaient crevé l’abcès, mettant les choses au clair sur leurs sentiments, à savoir un respect pour Neela et une admiration aveugle pour Lucien, leurs relations s’en étaient trouvées apaisées. Il l’estimait désormais comme son bras droit, ce que Crenshaw avait été avant elle et ce qu’elle avait eu du mal à obtenir.

Elle passa ensuite aux Urgences pour saluer au passage Abby, prenant des nouvelles de Joe. Ce dernier et Aidan s’entendaient à merveille. Ils auraient presque pu être frères. Bien sûr, parfois lorsqu’ils jouaient ensemble dans le bac à sable, l’un donnait un coup de râteau sur la tête de l’autre ou lui chipait son camion de pompier mais c’était comme ça pour tous les frères. Puis elle sortit après avoir accepté l’invitation à dîner de Morris pour samedi. Abby lui glissa que finalement Sam avait jeté l’éponge et accepté sa demande en mariage. C’était pas plus mal après tout. Au moins il ne prendrait plus la tête du personnel hospitalier en se plaignant qu’elle continuait à refuser.

L’été indien perdurait dehors et elle décida de se rendre à pied jusqu’aux Services sociaux où Ray travaillait. De toute façon, elle serait en avance. Elle aimait être en avance. Elle détestait le retard. Elle monta joyeusement les marches la conduisant à la station de métro et elle l’attendit en chantonnant. Elle était vraiment d’humeur joyeuse. Elle avait fait un des rêves des plus agréables et d’une douceur infinie qui avait marquait profondément son humeur du jour, son fils l’avait réveillé par un gros câlin et elle allait revoir Ray. Elle voulait lui présenter Aidan. Elle voulait que les deux personnes qui comptent le plus au monde pour elle se rencontrent. Même si Ray ne pensait sans doute plus de manière romantique envers elle.



« Madame Cherrier, il faut que vous acceptez la visite des assistants sociaux si vous ne voulez pas qu’on saisisse le procureur. »

Ca faisait une bonne demi-heure que Ray était au téléphone avec une mère de famille nombreuse et célibataire. Elle avait 4 enfants de 4 pères différents. Les voisins avaient alerté le service social de la mairie en se plaignant de l’odeur, les institutrices des plus âgés avaient vendu la mèche aux policiers quand ils étaient venus les interroger. Oui, ils portaient toujours les mêmes vêtements abîmés et parfois n’étaient pas lavés pendant des jours.

« Oui, on peut parfaitement vous les prendre. Et lorsqu’un de mes collègues ou moi-même passera chez vous, vous serez priée de ne plus nous recevoir avec une carabine. Vous ne voulez pas qu’on prévienne la police pour qu’elle nous accompagné ? Vous ne voulez pas passer la nuit et plus au poste de police ? Parfait alors on dit demain à 9h ? Merci, enrevoir Madame Cherrier. »

Il raccrocha en poussant un profond soupir et se pencha en arrière sur sa chaise, tendant la main vers son collègue, Keith. Ce dernier la repoussa.

« Nan, t’auras pas ton pognon tant qu’un assistant social ne s’y sera pas rendu et sera revenu en un seul morceau sans plomb dans les fesses.
« Mauvais perdant. »
plaisanta Ray en regardant l’air de la délivrance.

Malheureusement, ça voulait dire qu’il en avait fini pour aujourd’hui et que Neela ne tarderait pas. Elle n’était jamais en retard. Il se leva et attrapa son manteau kaki, sans savoir s’il tenait vraiment à la voir, elle et son mec. Ca ne l’intéressait pas. Il n’était pas revenu à Chicago pour ça.

‘Mais pour la séduire à nouveau.’

Il fit taire à nouveau sa conscience et salua ses collègues de travail qui quittaient également leur poste. Il sortit du bâtiment, le cœur battant à tout rompre, nerveux au possible. Il poussa un profond soupir de soulagement en se rendant compte qu’elle était seule, l’attendant juste au pied du réverbère, plantée, droite en plein milieu du trottoir. Tout à fait son genre. Elle n’était pas le genre de personne à s’appuyer quelque part en attendant. Elle se tenait toujours droite comme sa mère le lui avait appris.

« Tu m’attends depuis longtemps ?
« Non, 5 minutes. »


‘Menteuse.’ Pensèrent-ils tous les deux en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mar 30 Oct - 22:59

Ils parlèrent de tout et de rien en évitant soigneusement de parler de leur passé, de la rééducation de Ray, de l’accident de Neela. Eviter ce qui fâche. Eviter ce qui gêne. Eviter ce qui tient à cœur. Finalement ils parvinrent aux abords de Hyde Park, près de l’Université, paré de son manteau automnal, les yeux fixant le sol par peur de croiser le regard accusateur ou blessé de l’autre, par peur de tomber à genou en croisant celui de l’autre. L’eau avait coulé sous le pont. Mais rien n’avait changé dans leurs cœurs. Seulement, ni l’un, ni l’autre n’était près à cet aveu. Pas après tout ce travail sur soi pour oublier l’autre. Tout ce travail, toute cette souffrance ne devait pas être en vain.

« Et Tod a donc fini par découvrir que la jeune femme qu’il draguait depuis la fin du concert n’était pas vraiment une femme. »

Neela rit légèrement à la fin de l’histoire. Il avait une vie si passionnante. Elle était ringarde à côté. Complètement ennuyeuse.

« Comment va-t-il ?
« Ca va. »


Ils continuèrent leur marche en silence pendant quelques instants et Ray jeta un coup d’œil sur les enfants de l’air du jeu juste à côté d’eux. Ils courraient dans tous les sens, hurlaient, s’amusaient en somme. Il adorait les regarder. Si purs, si innocents. Du moins en apparence. Lui plus que tout autre savait que derrière chaque éclat de rire pouvait se dissimulait un sanglot ; derrière chaque colère inattendue une souffrance cachée. Les apparences étaient parfois trompeuses, bien plus lorsqu’on était enfant. Un des enfants attira son attention en ce qu’il leur faisait signe. Le petit Joe ? Il ne reconnaissait pas la jeune femme qui était avec lui mais il ne reconnaissait pas Joe non plus. Dans son souvenir, il avait les cheveux et la peau moins foncés. Celui-ci avait une petite tête brune, des yeux noirs et une peau légèrement ambrée. Il fronça les sourcils lorsqu’il vit Neela s’en approcher. Il la suivit alors comme un toutou obéissant alors qu’elle déclarait :

« Je t’ai dit que je te voulais présenter Aidan. J’espère que ça ne te dérange pas ?
« Non, bien sûr. »
mentit-il en détournant son regard des enfants pour regarder autour, cherchant parmi les rares hommes présents le dénommé Aidan.

Ce n’est que lorsque le petit garçon qu’il avait préalablement remarqué se précipita dans les bras de la jeune chirurgienne jetant ses petits bras autour de son cou en l’appelant ‘Maman’ que son cerveau produisit un déclic sourd tandis que son cœur s’arrêter de stupéfaction. Maman ? Il avait dit maman ? Il parlait de qui ? De Neela ? Non, impossible ! Neela, mère ?

« Bah voilà. Je te présente l‘homme de ma vie : Aidan. » déclara cette dernière en se retournant vers Ray, l’enfant toujours dans ses bras.

Les yeux du jeune homme étaient grands ouverts, n’en revenant pas. Il avait le souffle coupé, un coup de poing avait atterri droit dans son estomac. Pour un choc, c’en était un ! Neela. Sa Neela avait un petit garçon. Elle était mère. Il ne savait quoi dire. Même s’il aurait su, il doutait de pouvoir le faire.

« Mon chéri, c’est Ray, un bon ami à maman. Tu lui dis bonjour ? » poursuivit-elle.

Ces paroles ramenèrent Ray à l’instant présent, le sortant de sa stupéfaction et il jeta un rapide coup d’œil à Neela, ayant du mal à la reconnaître avant de se concentrer sur l’enfant. Il semblait assez âgé quand même. 2, 3 ans ? Il avait le regard de Neela c’était sûr ça. Ce dernier l’observait de manière assez suspecte comme s’il l’évaluait.

« Bonjour Aidan. » se décida enfin à lâcher Ray, la voix un peu rauque.

L’enfant papillonna des paupières et Neela l’embrassa sur la tempe pour l’encourager.

« ‘Jour. » finit-il par répondre en se cachant le visage dans le cou de sa mère et en attrapant ses cheveux pour se couvrir avec.



Quelques instants plus tard, la baby-sitter avait pris congé et Ray et Neela observait avec précaution Aidan jouant avec ses camarades, de véritables inconnus quelques secondes plus tôt et maintenant les meilleurs amis du monde. Il regrettait cette particularité de l’enfance qui faisait en sorte de ne pas prendre en compte le passé ou le futur. Juste vivre l’instant présent et prendre l’autre comme il était, aussi simplement que possible.

« Alors c’est ton fils ? »

Il n’en était pas revenu. Il n’en reviendra jamais sans doute.

« Oui c’est bizarre einh ?
« Ouais !
« Ca m’est tombé dessus. Mais je dois dire qu’il m’a bien aidé. Il m’a maintenu la tête hors des flots.
« Ton accident ? »


Neela tourna de grands yeux étonnés vers lui la bouche légèrement entrouverte.

« Morris a lâché le morceau. »

Elle porta à nouveau son regard vers Aidan jouant paisiblement dans le bac à sable. Oui et non. ‘Toi.’ Mais elle se contenta de hocher la tête.

« Il a quel âge ?
« Il a eu 3 ans.
« Son père ?
« Il est…parti. »


‘Quelle enflure!’ Comment avait-il pu mettre Neela enceinte et l’abandonner avec un enfant à charge. Ce type était un salop. Le pire de l’espèce humaine. S’il l’avait en face de lui, il lui règlerait son compte et pour de bon !

« Le salopard. »

Neela éclata de rire et répliqua :

« Oui mais je ne lui en veux pas. Il vaut mieux suivre son cœur plutôt que de s’enfermer dans les convenances. »

‘C’est ce qu’on aurait dû faire aussi.’ Pensèrent-ils tous les deux en même temps sans s’en rendre compte.

Le silence se réinstalla entre eux, pas confortable, pas gênant, juste présent, alors qu’ils portaient leur regard sur le petit garçon en train de faire des pâtés de sable et en s’essuyant les mains sur le dos d’une demoiselle de 2 ans à côté de lui qui ne captait rien du tout.

« Tony est parti rejoindre Sarah. Enfin s’installer plus proche d’elle. Il n’a pas obtenu la garde. »

Ray fronça les sourcils. Pourquoi remettait-elle sur le tapis Gates alors qu’elle savait pertinemment que ce n’était pas son sujet de conversation préféré. C’est alors qu’il comprit en regardant Aidan. Bien sûr. Bien évidement. C’était si clair maintenant. Aidan avait le même sourire en coin sarcastique et agaçant de son père, la même turbulence. Voilà pourquoi il n’avait pas voulu le saluer quand Neela lui avait présenté alors qu’elle jurait qu’il ne faisait jamais ça d’habitude. Il était bien le fils de son père. Sa mâchoire se contracta de colère. Il l’avait mise enceinte et l’avait laissé tombé comme une chaussette pourrie. Toutes les insultes de son vocabulaire ne suffiraient pas à le décrire.

« Je vais lui faire la peau…ne put-il s’empêcher de lâcher entre ses dents.
« Ray… » soupira Neela.

Même quand il n’était pas là, Ray ne pouvait s’empêcher de jouer au coq avec son ancien petit ami. C’était ridicule. Rien ne retenait Tony à Chicago. Elle pensait même qu’il aurait été ravi de le voir quitter la ville. Visiblement, il ne serait satisfait qu’une fois qu’il l’aurait mis K.O. Elle secoua la tête et ouvrit la bouche pour reprendre la parole lorsqu’une voix féminine jaillit derrière eux :

« Alors tu vas pas y aller habillé comme ça quand même ? »

Les deux jeunes gens se retournèrent d’un même bloc vers la nouvelle arrivante : une sculpturale blonde aux formes voluptueuses et à la bouche sensuelle. Du coin de l’œil, Neela vit le visage de Ray s’empourprer et le vit se passer la main sur sa nuque :

« Salut Griet. Neela, je te présente Griet. Griet, voici Neela, une vieille amie. »

TBC…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mar 30 Oct - 23:45

Hélène a écrit:
« Tony est parti rejoindre Sarah. Enfin s’installer plus proche d’elle. Il n’a pas obtenu la garde. »
T'as pas vu ma tête à ce moment là, mais ça valait le coup !

Ca donnait à peu près ça : :affraid:

et ensuite ça : J'sais pas si c'est contre Gates ou contre toi que j'en veux, mais ça, CA ME PLAIT PAS DU TOUT !!!

Sinon tout est magnifiquement bien écrit (hormis les "einh", les "enrevoir"... ["hein" et "au revoir" /tu me fais tjs rire avec tes mots à toi !])

Roh la la j'ai hâte de lire la suite ! Tu peux pas savoir ! J'espère que Neela sera jalouse de Griet.

Pfiou je m'en remets pas de cette nouvelle ! Gates le père de Aidan ! Naaaaaaaaaan !!! Le pauvre Aidan doit être à moitié moche...

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
LoisKent
|| Private Modérateur || Mrs Bloom pour les intimes...


Féminin
Nombre de messages : 1764
Age : 27
Localisation : Avec Orli
Ship : Kevison
Doudou officiel : Orlando Bloom & Jim Clancy (David Conrad)
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Mer 31 Oct - 17:30

EXPDR !

Alors moi je prends autant de plaisir à lire la fic,

qui c'est vrai est superbement bien écrite, on rentre tout de suite dans l'histoire, on reste dans un contexte connu par tous, bon sauf que moi, Neela c'est pas un perso que j'apprécie énormement, enfin c'est compliqué ... mais le coup du Morris avec Sam, Ray qui en perd son café c'est excellent, le fait que la famille Abby/Luka existe toujours et s'aggrandit, etc. etc.

Je saute l'épisode où on apprend que Aidan n'a que ... quelques années pour arriver à ton dernier jet :

Par contre j'aurai pas espéré ça de Gates Shocked, lui qui est si proche de Sarah, pourquoi lâcher Neela avec son PROPRE enfant *révolte là mdr*

"en s’essuyant les mains sur le dos d’une demoiselle de 2 ans à côté de lui qui ne captait rien du tout." --> Y'a du relachement là ! "qui ne s'apercevait de rien du tout".

"Il regrettait cette particularité de l’enfance qui faisait en sorte de ne pas prendre en compte le passé ou le futur. Juste vivre l’instant présent et prendre l’autre comme il était, aussi simplement que possible." --> Dans High School Musical, y'a le même passage en plus niais - Bravo pour avoir relever la barre mdr


qu'à lire les commentaires des lecteurs et puis même de l'auteur/e ...

Bon par contre Helene, J.K.R, elle s'est quand même laissé un peu influencé par ses lecteurs ... certains persos qu'elle avait prévu de faire mourir, elle ne l'a pas fait, pour pas qu'il y est des émeutes, des suicides etc. mdr

_________________


***Sign by Natou***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.just-bloom.com
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 20:49

Hé hé merci les filles. Ca me fait super plaisir de voir que vous aimez bien ma tite (grosse) fic.
lol! Nan mais Morris et Sam je suis persuadée qu'ils vont finir ensemble. Ils se disputent de trop pour que il n'y ait pas de la tension amoureuse en dessous.
Pour Gates...no comment. Je lâcherai rien.
Note : un flash back est issue de la fic Mistakes de ronniekins77. Je vous la conseille fortement! N'hésitez pas à lui laisser un petit commentaire. ^^

Chapitre 5 : D’une manière ou d’une autre

« Griet, c’est pas un vrai prénom, ça ! C’est quoi d’abord ? »

Ca faisait deux jours qu’elle n’en démordait pas. Deux jours qu’elle rabâchait les oreilles d’Abby avec cette histoire. Bon cette dernière était son amie et avait pris sa défense, approuvant chacune de ses critiques acerbes contre la nouvelle petite amie de Ray, même si elle ne la connaissait ni d’Eve ni d’Adam et ne l’avait jamais rencontré. Enfin son nom lui disait quelque chose, une patiente qu’elle avait dû soigné mais de là à la resituer, c’était trop demander à l’urgentiste qui voyait un nombre incalculable de malades entre ses locaux.

« Elle est de nationalité hollandaise peut être ? » s’aventura la future mère pour la seconde fois.

Elles étaient en train de faire la queue dans le temps typiquement automnal de Chicago pour avoir un café qu’elles dégustèrent en se rapprochant du lac, le surplombant malgré le vent glacial qui venait leur rosir les joues.

« Bah pourquoi elle est pas restée dans son fichu pays de mangeurs de fromage ? »

Abby fut l’espace d’un instant quelque peu estomaquée par la déclaration de son amie avant de reprendre, le sourire aux lèvres, en s’appuyant sur la balustrade autant que le lui permettait son ventre de plus en plus rond.

« Dit la britannique importée directement du pays de buveurs de thé. »

Neela lui lança un regard à moitié noir et un moitié amusé de sa propre réaction. Ce n’était pas son genre de critiquer les personnes qu’elle rencontrait, encore moins les amis des siens.

« Tu sais, si je ne te connaissais pas aussi bien, je dirai que tu es jalouse de cette Griet.
« Quoi ? Jalouse de quoi ? »


Abby leva un sourcil entendu et la jeune chirurgienne garda le silence quelques instants, c’était un peu sa réponse à elle. Non elle ne voulait pas être jalouse. Ce sentiment impliquait de la matière, des raisons. Or Ray n’était qu’un ami n’est-ce pas ?

« Tu lui as parlé ? »

Elle leva un sourcil interrogateur sur sa vieille amie, se demandant de quoi justement elle parlait. Bien sûr qu’elle lui avait parlé. Un peu de tout même si leur conversation avait pris fin avec l’arrivée de ladite Griet. Voyant son expression désorientée, Abby précisa sa pensée d’un penchement appuyé de la tête.

« Oh. Euh oui. Un peu. Je lui ai présenté. Lui ait dit que Gates était parti vivre avec Sarah parce qu’il n’en avait pas eu la garde. Puis la magnifique et parfaitement bimbo Griet est arrivée par dessus. »

Abby la fit taire en posant sa main sur son bras :

« Attend tu lui as pas dit ça comme ça ?
« De quoi ?
« Gates. Pourquoi tu lui as parlé de Tony ?
« Ben, je sais pas…combler le vide ? »
débuta Neela, tout de suite moins sûre d’elle maintenant qu’Abby lui mettait le doute.

Elle estimait que Ray devait être au courant pour Tony mais le regard de sa meilleure amie lui laissait supposer que ça avait été une mauvaise idée, sans qu’elle en sache véritablement la raison. Qui avait-il de mal à dire que Tony était sortie de sa vie pour de bon et sans possibilité de retour. Elle n’entretenait plus aucune relation avec lui, même postale ou électronique. Elle avait naïvement pensé que ça plairait à Ray d’apprendre ça. Mais maintenant…elle n’aurait peut être pas dû parler à nouveau de son ancien petit ami. A cet instant, son biper retentit. ‘Sauvé par le gong.’ C’était les Urgences qui avait besoin d’elle au bloc.

« Je dois y aller. On se revoit demain au repas de Morris ? » déclara Neela en se dépéchant de se rendre au County et d’éviter de devoir répondre aux questions diablement efficaces d’Abby.

Cette dernière fit une moue fataliste et lui cria, avant de finir son café et de retourner elle-même au travail :

« Et compte sur moi pour t’empêcher de te défiler ! »

.-.-.-.-.-.


« Une soirée ? Tu me demandes de t’accompagner à une soirée de fiançailles ? »

Ray était en train de déjeuner avec Griet dans un petit restaurant italien. Il ne savait pas pourquoi il lui avait demandé à vrai dire. Ces derniers jours, il était quelque peu perturbé. Les retrouvailles avec le County, la rencontre avec Neela, la découverte de son fils et que ce dernier était également celui de Gates. Oh elle ne l’avait pas dit expressément mais c’était tellement évident maintenant. Ca ne pouvait qu’en être ainsi. Il y avait toujours eu un obstacle entre eux. Des fantômes qui les empêchaient de laisser parler leur cœur. Il y avait d’abord eu le mariage avec Michael que Ray avait fortement désapprouvé et qui avait été la cause de leur première dispute.

    « Il y a quelques semaines, tu déclarais que tu ne savais même pas s’il était techniquement ton petit ami. Tu as été dans une véritable relation depuis combien de temps exactement ? Sans mentionner que la plupart du temps tu ne le vois même pas. Et maintenant tu vas l’épouser ? Arrête !
    « Je l’aime Ray, quant bien même ce ne sont pas tes affaires.
    « C’est quoi son plat favori ?
    « Je ne sais pas.
    « Est ce qu’il dort en chaussettes? Est-ce qu’il boit à la bouteille ? C’est quoi son émission TV favorite ? Quel ingrédient aime-t-il sur sa pizza ?
    « Oh mon Dieu, tu te transformes en Abby. Evite ça aujourd’hui s’il te plaît, je n’ai pas besoin de ça aujourd’hui. »

    Elle s’était détournée de lui en colère et il l’avait attrapé le bras, la retenant.
    « Tu ne les sais pas ?
    « Juste parce que je ne le sais pas aujourd’hui ne veut pas dire que je ne peux pas les apprendre.
    « Tu les saurais si tu l’aimais vraiment.
    « Oh la ferme Ray! Ta seule expérience amoureuse remonte à une gamine de 14 ans. Alors ne viens pas me parler d’amour ! »

    Elle secoua la tête et s’éloigna de lui. La voix de Ray l’arrêta.
    « Tu n’as pas de plat favori. Tu dors avec tes chaussettes parfois. Tu bois à la bouteille quand je ne suis pas à la maison mais ça t’ennuie que d’autres personnes le fassent. Ton émission favorite est le World Poker Tour. Le pepperoni est ta garniture favori. »


Et maintenant voilà que le fantôme de Gates dans un charmant bambin aux yeux vifs et à l’esprit enjoué venait s’adjoindre à celui du soldat Michael, mort en héros sur le champ de bataille. Comment pouvait-il lutter ?

« T’as bien entendu. Je vais avoir besoin de toi pour ne pas m’ennuyer.
« Là, tu m’incites pas à venir…Je déteste aller à une fête ennuyeuse.
« C’est pour ça qu’il faut que tu viennes. L’égayer. »


Il pencha légèrement la tête de côté, faisant ce sourire en coin qui empêchait qui que ce soit de lui refuser la moindre chose. Griet planta son regard dans le sien et secoua négativement la tête :

« Arrête avec ton air, tu me feras pas plier. »

Le sourire de l’assistant social s’intensifia et finalement, la jeune femme s’avoua vaincue.

« Ok mais juste une fois alors. »

Il lui attrapa la main et l’embrassa, la remerciant, avant de reprendre son repas. Bon ce n’était pas vraiment une petite amie officielle mais il ne voulait pas arriver à la soirée seule. Si Neela avait refait sa vie, avait donné naissance à un enfant de Gates, il voulait aussi lui prouver qu’il était passé à autre chose. Qu’il n’avait pas besoin d’elle pour poursuivre sa vie même s’il savait pertinemment que c’était faux.


Dernière édition par le Jeu 1 Nov - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 20:49

.-.-.-.-.-.-.


« Je voudrais tous vous remercier pour être présent. »

Morris était debout en train de faire son discours de remerciement que personne n’écoutait pas même sa promise. C’était samedi. Dehors la nuit enveloppait déjà la salle de restaurant aux couleurs chatoyantes qui accueillaient les convives. Le regard de Sam illustrait parfaitement ses pensées : dans quoi s’était-elle engagée ? Son fils juste à côté, discutait tranquillement avec sa petite amie. Il s’était assagi depuis son séjour forcé dans une institution pour mineur en difficulté. La décision avait été certes douloureuse mais avait porté ses fruits. Luka bavardaient avec son épouse, caressant amoureusement son ventre. C’était un véritable miracle cet enfant. Après la naissance de Joe, on lui avait clairement affirmé qu’elle ne pourrait plus jamais en avoir mais à force de persévérance et de progrès médical, ils y étaient parvenus. Ils espéraient une petite fille. Enfin, c’est ce que le grand croate espérait du moins. Il reconstruisait sa vie. C’était merveilleux.

Au milieu de ces joyeux bavardages, Neela en eut vite assez et sa tête se mit à bourdonner furieusement. D’autant qu’elle avait juste en face d’elle, Griet et Ray. Cette vision lui étreignait le cœur dans un buisson de ronces. Ray était splendide : sa chemise bleue clair rehaussait la couleur de ses yeux et sa peau dont la douceur était marqué au fer rouge dans sa mémoire. Mais à côté de lui, dans une courte robe noire légèrement strassée, Griet resplendissait de sa blondeur. La jeune chirurgienne s’excusa auprès de ses voisins de table après une heure de torture visuelle et s’approcha de la terrasse rendue déserte par la fraîcheur de la nuit. Observant les lumières de la ville s’étendant sous ses pieds, elle fouina dans son sac et en sortit son portable, composant le numéro de Judy, sa baby-sitter. Elle attendit qu’elle décroche, se passant les mains sur ses bras, frissonnant alors que le vent venait remuer légèrement sa fine robe noire. Elle aurait dû prendre sa veste. Finalement Judy décrocha :

« Bonsoir Judy. Aidan va bien ?…Il a mangé ? Vous pouvez me le passer quelques minutes ?….Merci…Coucou mon cœur. Tu es sage ?…Non je ne pourrai pas te chanter…D’accord… Catch a falling star an’ put it in your pocket. Never let it fade away! Catch a falling star an’ put it in your pocket, save it for a rainy day!…Je t’aime. Bonne nuit mon cœur. »

Elle raccrocha et remit son portable dans son sac à main. Alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre les convives, elle remarqua seulement maintenant que Ray se tenait sur la terrasse, les mains dans son pantalon noir, l’observant attendri. Il l’avait vu sortir et avait éprouvé le besoin de la rejoindre, sans raison particulière. Il voulait être avec elle, c’était tout. Le jeune homme avait assisté à la scène, attendri. C’était tellement mignon que son cœur pourtant sévère, vis-à-vis du fils de Gates et Neela, avait fondu. La vérité dans toute sa nudité s’imposa alors à lui. Quelque soit le nombre de filles avec qui il pourrait sortir, quelque soit le mantra qu’il s’imposait, quelque soit les déceptions qu’elle lui faisait vivre, il l’aimait. Il était tombé amoureux d’elle il y a de ça 5 ans et ses sentiments étaient restés intacts.

« Tu harcèles souvent ta baby-sitter ? » demanda-t-il, un souriant brisant son visage alors qu’il se rapprochait d’elle.

Elle haussa les épaules en répondant :

« Seulement quand elle est avec Aidan.
« La pauvre. »


Il était tout proche d’elle maintenant. Assez proche pour sentir son parfum l’enivrer. Un parfum à la vanille d’une douceur infinie. Assez proche pour voir ses bras couverts de chair de poule.

« Tu as froid ?
« Oui, j’ai oublié ma veste à l’intérieur. »


Sans réfléchir, il posa sa main sur son bras, le caressant doucement pour la réchauffer. C’était tout ce qu’il avait à lui proposer, sa veste étant également à l’intérieur où il régnait une chaleur insupportable pour tout habitant de Chicago qui se respectait. A son contact, il sentit la jeune femme se figer et lorsqu’elle leva ses grands yeux noirs d’obsidienne, il se sentit chavirer. Comment résister ? Pourquoi résister ? Pourquoi continuer à souffrir ? Il se noya dans son regard et son cœur commença une course effrénée qu’il avait du mal à suivre. Elle entrouvrit légèrement les lèvres, prête à parler, le repousser sans doute. Mais elle n’en fit rien, se contentant de le regarder. Il s’humecta les lèvres, faisant un léger hochement de la tête de côté pour se donner le courage, la force sans doute de concrétiser la pensée obnubilante qui lui traversait l’esprit depuis qu’il l’avait rejoint dehors.

Lentement, comme au ralenti, il se pencha vers elle, comblant progressivement l’espace entre leurs lèvres, et ravi, il constata qu’elle suivait le même chemin que lui. Alors que leur bouche ne se trouvaient qu’à que quelques millimètres l’une de l’autre, la voix consternée et agacée de Griet résonna derrière eux :

« Ray !! »

Aussitôt ils reculèrent et tournèrent le visage gêné vers la jeune femme qui les observait, indignées. Elle croisa les bras, la colère assombrissant ses yeux bleus et finalement tourna les talons d’un air pressé. Ray resta coi quelques secondes avant de se rendre compte de l’absurde de la situation. Il avait comme une impression de déjà-vu. Seulement, l’observateur malheureux, ce n’était pas lui. Il se tourna vers Neela qui avait maintenant les yeux rivés sur le sol. A la couleur de ses joues, il devina instantanément qu’elle n’était pas particulièrement fière d’elle-même.

« Je crois…je vais aller après elle. » balbutia Ray, la suppliant du regard pour qu’elle lui demande de rester.

Mais son regard restait obstinément rivé au sol. Elle hocha la tête et l’enjoignit à poursuivre Griet. Ce qu’il fit après quelques instants d’hésitations.


Neela avait rejoint Abby au bar. Cette dernière était en train de siroter un Bora Bora, sans alcool. La jeune chirurgienne s’installa à ses côtés et commanda un whisky…double. Abby lui jeta le regard suspicieux de celle qui se demande ce qui prend à la sage mère à ses côtés qui s’autorise tout au plus une coupe de champagne le jour du nouvel an.

« Oulà…
« Je suis stupide. Pourquoi je repousse les gens comme ça ?
« Nee’, tu ne repousses pas les gens. Tu repousses Ray. C‘est assez étrange d’ailleurs. »


Elle lui jeta un regard noir avant d’avaler cul sec son verre. Elle toussa violemment lorsque l’alcool entra en contact avec l'oesophage, le lui brûlant. Elle reposa son verre en grimaçant, sas dire un mot de plus. Elles restèrent silencieuses quelques instants avant qu’Abby ne rompe une fois de plus le silence.

« Tu ne lui as toujours pas dit… »

Pas la peine de demander de quoi elle parlait, les deux mères savaient pertinemment le sujet de leur conversation à mot couvert. Non. Neela agita la main pour donner plus de poids à ses propos tandis que son cerveau ressentait déjà les effets pétillants du verre d’alcool. Elle aurait dû un peu plus manger.

« Et comment veux-tu que je lui dise ? ‘Oh hé Ray, tu te souviens de la seule nuit qu’on a passé ensemble, bah on aurait dû se protéger…’ C’est un peu brusque après 4 ans de silence radio.
« C’est toujours mieux que lui faire croire que Gates est le père.
« Je ne lui fait…
« Tu ne l’as pas détrompé sur le sujet,
la coupa Abby. Tu dois lui dire la vérité. Que tu as cru, qu’on a tous cru que Tony était le père ; qu’il a fait un test de paternité à ta demande et qu’il est parti en découvrant les résultats, incompatibles. Tu peux sauter le passage où Morris a donné Dieu comme paternité à Aidan. »

Cette pensée arracha un sourire à Neela. Elle avait longtemps cru que Gates était le père d’Aidan. Du moins pendant toute sa grossesse. Ce dernier l’avait accompagné, jouant ce rôle à la perfection, restant à ses côtés quant bien même Sarah le suppliait de la rejoindre. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? On ne pouvait pas concevoir un enfant en une seule fois. Mais au moment même où Aidan avait poussé son premier cri. Elle avait su que le père n’était pas Gates. Elle l’avait enjoint alors de faire un test de paternité, stupéfiant tout le monde. Lorsqu’il était revenu négatif, Morris avait émis la possibilité que Neela l’avait conçu par l’opération du Saint Esprit. On ne voyait pas quelle autre possibilité alors. Seule Abby avait deviné.

« C’est trop tôt. Il vient à peine de revenir dans nos vies. Il a quelqu’un. Tu me vois vraiment lui faire ça ? Ray, voici Aidan, ton fils. Aidan, je te présente ton papa. Je ne veux pas lui imposer cette responsabilité. Tu le connais… »

Abby grimaça et pencha la tête en approuvant. Si Ray apprenait qu’il était le père de l’enfant, il se mettrait en tête de prendre ses responsabilités, payer ce qu’il devait à Neela, veiller sur eux, reconnaître l’enfant,…C’était trop tôt pour cette révélation. Il y avait eu bien trop de bouleversements dans sa vie pour l’instant. Couvert par la musique ambiante, les deux jeunes femmes n’entendirent pas le verre qui venait de tomber, se brisant sur le sol en y répandant sa substance alcoolisée. Elles ne virent pas non plus Ray s’accoler contre le mur qui le séparait du bar, y trouvant un soutien alors que les battements de son cœur prenaient une allure effrénés et que sa tête bourdonnait des paroles qu’il venait juste d’entendre.

TBC…


Dernière édition par le Jeu 1 Nov - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LoisKent
|| Private Modérateur || Mrs Bloom pour les intimes...


Féminin
Nombre de messages : 1764
Age : 27
Localisation : Avec Orli
Ship : Kevison
Doudou officiel : Orlando Bloom & Jim Clancy (David Conrad)
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 21:03

YAHOOOOOOOOOOO

En fait Gates, il était pas "si" mechant, j'le savais mdr !

Enfin bon génial l'impression de Ray sur son fils - si il savait Rolling Eyes :

C’était si clair maintenant. Aidan avait le même sourire en coin sarcastique et agaçant de son père, la même turbulence. Voilà pourquoi il n’avait pas voulu le saluer quand Neela lui avait présenté alors qu’elle jurait qu’il ne faisait jamais ça d’habitude. Il était bien le fils de son père.

*J'suis vraiment à fond dedans moua mdr *

_________________


***Sign by Natou***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.just-bloom.com
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 21:57

Oh la laaaaaaaaaaaaaaaa !!!! J'ai un sourire jusqu'aux oreilles !!! Purée, ça aurait été trop bien que ça se déroule comme ça pour le Reela, pour de vrai.

Mes impressions :
cheers Razz Love je t'adooooore !

Et en lisant ta fic, j'me suis même surprise à penser "pauvre Gates" !! Tu te rends compte ?

Oh mais j'ai trop hâte de lire la suite !!! Ta fic est GE-NIA-LE !!!

Petites modif à apporter :
- sur la pizza, c'est de la garniture (et pas du garnement)
- les liquides ne passent pas par la trachée (ça c'est pour l'air) mais par l'oesophage (parce que si Neela a avalé son whisky par la trachée, elle se serait noyée !)

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
gingertwist
||||| Private Admin ||||| Call me Mrs Chambers !


Féminin
Nombre de messages : 2689
Age : 34
Localisation : In bed with Karev
Ship : Addex forever
Doudou officiel : Justin Chambers
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 22:11

Hélène tu est géniale... Je pourrais passer des heure sà te lire, chaque chapitre est un véritable délice pour mon esprit. Chaque scène sonne juste, les dialogues frolent la perfection, et tu mènes habilement ta marque.

J'ai d'abord cru m'évanouir en imaginant Gates papa (le pauv' gosse) mais alors là, tout change... Tu eas ravivé la flamme reela dans mon petit coeur de shipper.

Merciiiiii

_________________

Videos
Apple-IRIS-Breathe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 22:12

Merci énormément!! Embarassed
Et ouais Gates n'est pas le papa. Rassurées? Mais de là à le plaindre...j'irai pas jusque là. Laughing C'est surtout son ego de mâle surdimensionné qui en a pris un coups, pas son coeur.
Hé hé pour les impressions de Ray : on voit toujours ce qu'on veut voir, la pseudo ascendance qu'on croit dans les gosses. C'était pas Tony qu'il voyait en lui. ^^
Modif' aportée : j'avais un trou et comme j'avais la flemme de faire aller le traducteur automatique... Laughing Et je suis étudiante en droit pas en médecine Razz (d'où ma douleur quand je dois écrire une scène dans le bloc Neutral )
Oh la la, j'ai ranimé la flamme? Embarassed Quel honneur!! Je vais l'envoyer à TPTB pour l'influencer alors. Love Merci beaucoup en tout cas, ça me touche beaucoup.
Contente que ça continue à vous plaire en tout cas. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Caroline
||||| Private Admin |||||


Féminin
Nombre de messages : 7106
Age : 36
Localisation : Lyon
Ship : Viper ♥ Kevison ♥ Piolet ♥ Wydie
Doudou officiel : Jeffrey Dean Morgan ♥ Henry Cavill
Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Jeu 1 Nov - 22:21

Plus ça va, plus j'adore ! J'suis complètement accros moi ! C'est pour quand le prochain chapitre ???

(de rien pour les modifs... ex-futur-docteur à ton service ! Wink)

_________________
αηδ sσ τhε ιίση ƒειι ίη ιονε ωίτh τhε ιαmъ
“Goodbye, Jacob, my brother… my son.” ~Edward Cullen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/cookiepunk
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Sam 3 Nov - 20:47

C'est pour aujourd'hui.

Chapitre 6 : Il fut un temps où tu me disais tout

‘Aidan…père…fils…’

Ray avait dû se poser contre le mur en entendant sans le faire exprès la conversation de Neela et Abby. Il ne savait mettre des mots sur ce qu’il ressentait. La tempête qui s’était déclenché dans son esprit ne se calmait pas. Confus, c’était ce qui lui correspondait le mieux. Comment ? Non…ça il s’en souvenait, il s’en souvenait que trop bien. Cette nuit hantait chacun de ses rêves depuis quatre ans, chaque instant passé avec une autre qu’elle. Pourquoi ? Pourquoi était-elle tombée enceinte ? Les chances étaient si faibles. Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ?

‘Tu l’as rejeté, Ray. Elle ne voulait certainement plus jamais entendre parler de toi.’

Il aurait dû se lancer à la poursuite de Griet. Certes il n’avançait pas très vite mais elle non plus avec ses talons de 10 centimètres. Au moins n’aurait-il pas entendu ça. Il ne savait comment le décrire autrement. Il ne savait pas quoi tirer de cette information. Il ne réalisait tout simplement pas. Il avait besoin de se poser, de digérer l’information qui était toujours dans son cerveau comme si elle n’était pas à sa place et regardait autour d’elle. Que faisait-elle dans cet endroit étrange et inconnu ?

Il poussa un soupir et bascula sa tête en arrière, celle-ci reposant sur mur, tandis que son cœur tentait de reprendre une vitesse de croisière plus classique et que ses poumons se dégageaient de l’empreinte de fer qui s’était imprimé sur eux. Lentement, il réalisa la portée des propos de Neela. D’accord, elle ne lui avait pas encore dit à lui. Mais…il était papa !

‘Oh mon Dieu ! Je suis papa !’

Certes pour le moment, il n’était père que biologiquement parlant mais il ferait tout pour le devenir également socialement. Un petit bout de lui se baladait sur terre, respirait, vivait. Un sourire se dessina sur ses lèvres apaisées. Il était en quelque sorte rassuré. Aidan n’était pas le fils de Gates. Même s’il ne pouvait détester l’enfant de Neela, l’idée que Tony en fut le père l’horripilait. L’idée même que lui et Neela ait pu donner naissance à quelque chose de sérieux, de construit, lui donnait envie de vomir. Mais non. C’était bien plus beau comme ça.

‘En fin de compte, je suis persuadé qu’on a ce qu’on mérite. Et si on est patient et qu’on y croit, alors on peut avoir ce qu’on veut. Tout ce qu’on veut. Que ce soit un solo de violon, une meilleure note ou même une fille…’

Ses propres paroles lui revinrent à la mémoire. Sur le moment, il les avait pensé. Et il avait même continué à y croire dur comme fer alors qu’il voyait les phares de ce camion toujours plus proches arriver droit sur lui ; alors que ce médecin qu’il ne connaissait pas lui annonçait sans ambages qu’on avait dû procéder à une double amputation ; alors qu’il partait de Chicago sans avoir jamais l’intention d’y revenir ; alors qu’il prenait comme résolution de ne plus renouer le contact avec Neela. Oui, il avait eu raison de continuer à y croire quand bien même tout espoir était pourtant vain, quand bien même ses espoirs s’étaient toujours vu déçus.

’Neela élève mon enfant, notre enfant.’

Il ferma les yeux alors qu’un petit feu d’artifice explosait dans son cerveau en pensant à l’œuvre commune qu’ils avaient réalisé sans le savoir, au moment même où il avait baissé les bras.

« Ca va mec ? »

Il rouvrit les yeux et posa un regard étonné sur Morris qui se tenait devant lui deux verres de champagne à la main, inquiet de le voir se tenir ainsi. Ray lui sourit et posa la main sur son épaule en se redressant :

« Ouais je dois y aller. Salue tout le monde de ma part. Encore félicitations. »

Il lui adressa un hochement de tête avant de s’éloigner, le sourire aux lèvres. La nuit porterait conseil. Pour le moment, il ne savait pas encore comment se comporter face à Neela. Devait-il lui dire qu’il était au courant ou attendre qu’elle fasse le premier pas ?

.-.-.-.-.-.


L’ambulance vint se garer devant l’entrée des Urgences en une sirène stridente alors qu’Abby, accompagnée de Malik et de Paul, se pressaient autour de celles-ci pour prendre en charge le patient. Le petit patient. Le cœur de mère d’Abby se serra en se rendant compte de l’état dans lequel se trouvait le petit Theo, en sang et un œil au beurre noir. La mère avait prétexté une chute dans les escaliers. Où était-elle d’ailleurs ? Au travail, c’était une voisine qui avait prévenu la police.

« Appelle la chirurgie. Il n’y coupera pas à mon avis. lança Abby à l’infirmier alors qu’ils l’emmenaient en salle de réa.
« Et les services sociaux aussi, »
ajouta Paul.

La résidente lui jeta un coup d’œil furtif, appréciant d’une manière mitigée son jugement. Oui, les services sociaux ne feraient peut être pas de mal mais pourquoi si tôt ? Ils n’étaient pas sûrs que l’enfant ait fait l’objet de maltraitance. Le jeune homme remarqua le regard qu’elle posait sur lui et précisa sa pensée :

« Sa mère est venue il y a quelques semaines : son mari la battait. J’imagine qu’il en a eu assez de se servir d’elle comme punching ball. »

Abby approuva et jeta par-dessus son épaule :

« Essayez de la contacter pour qu’elle vienne. »



Ray était débordé aujourd’hui. L’unité de police 55-Bravo avait découvert pendant une mission d’inspection de routine dans un vieil immeuble désaffecté connu davantage pour être une planque de camé que d’enfants des rues. Et pourtant c’était le cas. Ni une, ni deux, ils avaient bloqués les multiples issues en appelant du renfort et Ray et ses camarades avaient dû procéder à l’évacuation les répartissant dans divers centres d’accueil. Ca avait été particulièrement éprouvant. Ces enfants ne comptaient que sur eux même, ne se faisaient confiance qu’entre eux et visiblement se méfiaient des adultes comme de la peste. Mieux valait ne pas en demander la raison. La vérité risquait de faire trop mal. La seule chose positive dans cette déchirure, c’est qu’au moins, ça ne lui avait pas laissé le temps de penser à Neela et Aidan. Il s’était assez torturé l’esprit tout le restant du week end avec ça. Pas la peine d’en rajouter. Et le pire c’est qu’il n’avait pas trouvé de solution au problème existant.

« Ray ? »

Il se passa les mains sur le visage, soupirant avant de prendre sa bouteille d’eau et d’en boire une gorgée pour se réveiller. L’évacuation, les maisons d’accueils, les cris, les pleurs, ça l’avait achevé pour la journée. Plus d’autres catastrophe sanitaire de ce genre s’il vous plaît. Il fit une moue désabusée lorsque Sara l’interpella derrière le mont de dossiers qui s’entassait sur son bureau et qui un jour, il en été persuadé, le mangerait tout cru.

« Ouais ? »

Il vit la petite frimousse de la jeune femme émerger quelque peu, tenant son combiné dans la main.

« Le County vient d’appeler. Theo Waldridge vient de débarquer après une chute dans les escaliers.
« Ce nom me dit rien.
« Tu as convaincu sa mère de porter plainte contre son époux pour coups et blessures y a quelques semaines. Elle était patiente au County. »


Il fronça les sourcils. Waldridge, Waldridge, ça ne lui disait rien du tout hélas. Il voyait tellement de cas semblables les uns aux autres qu’ils se mêlaient tous. Ce n’est qu’en ouvrant le dossier qu’il se souvint de la femme. Oui. Il s’en souvenait maintenant. C’était à cause de cette trentenaire qu’il avait été obligé de retourner à son ancien lieu de travail. Il se leva péniblement et attrapa son manteau.

« J’y vais. » se contenta-t-il de déclarer.

Peu importait qu’il soit déjà sur les rotules, sans mauvais jeu de mot. Il avait pas mal travaillé pour ce cas et hors de question de le laisser entre les mains d’un autre assistant social.




En le voyant arriver Neela rayonna de joie même si la raison de sa venue n’était guère heureuse. Elle se contenta de lui faire un signe de la main en emmenant son patient au bloc opératoire et lui sourit alors que les portes de l’ascenseur se refermaient. Elle ne l’avait plus revu depuis qu’ils avaient été à deux doigts de s’embrasser et elle avait passé son week end à fixer son téléphone, attendant qu’il sonne ou qu’il compose comme par magie le numéro de Ray. Mais rien de tout ça ne s’était hélas produit. Aidan l’avait même fixé à son tour pendant une demi heure de sa table de coloriage et elle avait finalement remarqué le ridicule de la situation. Elle se donnait l’impression d’une gamine de 15 ans attendant que le garçon le plus craquant du lycée daigne l’appeler après le moment exceptionnel qu’ils avaient partagés la veille au soir.

‘Pathétique.’

Elle avait alors rejoint son fils adoré et avait partagé son dimanche après-midi avec lui. En pesant le pour et le contre de révéler sa paternité à l’un et à l’autre, les deux personnes qui comptaient le plus dans son existence. Mais elle n’avait toujours pas trouvé de solution. Peut être qu’elle viendrait par elle, de manière spontanée. Il suffirait d’un instant, d’un signe, d’un geste. Seulement, Neela Rasgotra n’était pas le genre de femme à s’en remettre au hasard…



Ray jeta un coup d’œil sur Madame Waldridge qui se tenait au chevet de son enfant, lui caressant les cheveux et lui murmurant des paroles rassurantes à l’oreille. Les sourcils froncés, le téléphone contre l’oreille, il recevait les informations de l’agent Witman et échangea un regard avec le tout jeune Theo qui ne cessait de le fixer de son seul œil ouvert.

« Merci, agent Witman. »

Il raccrocha alors que Paul O’Grady l’interroger sur la marche à suivre. Il griffonna quelques notes sur son dossier et grimaça légèrement. Ca n’allait pas plaire.

« J’appelle une maison d’accueil pour les enfants.
« Mais la mère ? »


Ray leva légèrement le regard sur lui et hocha négativement la tête.

« Vous n’allez pas la sanctionner pour ça ? Elle n’y est pour rien. Vous ne pouvez pas la séparer de ses enfants. »

Ray fit signe à Franck d’appeler la sécurité, la police devrait arriver d’ici quelques instants.

« Elle est tout ce qui leur reste. Vous n’avez pas le droit de détruire une famille.
« Ce n’est pas mon but O’Grady. Mais j’ai tous les droits pour protéger une famille.
« Faites le alors mais ne la séparez pas de ses enfants. Je ne vous ai pas appelé pour ça. »


Ray poussa un profond soupir et referma son dossier d’un claquement sec, le posant contre son torse en se rendant à reculons dans la Réa. En guise de réponse aux accusations du médecin, Ray lui répondit :

« Monsieur Waldridge est depuis deux semaines en détention provisoire à Joliet dans l’attente de son procès. Ca ne vient pas de lui ces maltraitances… »

Paul resta derrière la porte, la bouche bée, tandis que Ray venait s’asseoir à côté de la trentenaire, lui expliquant ce qui allait se passer. Il s’en voulait d’avoir échouer. Il n’avait pas vu, pas remarquer la détresse des enfants la première fois, s’étant concentré avec son regard de médecin sur celle de la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène
Pommeau de douche d'Addison


Féminin
Nombre de messages : 1291
Age : 32
Localisation : Next stop, Vegas please.
Doudou officiel : Shane West
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Sam 3 Nov - 20:47

.-.-.-.-.-.


« Merci. »

Ray venait de finir de l’aider à monter le nouveau lit d’Aidan. La jeune femme avait beau être une chirurgienne émérite, elle était incapable de différencier les clous sans tête des clous vrillés et autres bêtises du genre. Un clou restait un clou et rien d’autre !

« De rien. »

Il se frotta les mains pour retirer la poussière de bois et lui sourit. C’était samedi après-midi. Elle l’avait appelé à la rescousse deux heures auparavant. Il avait été surpris de découvrir qu’elle vivait dans leur appartement, enfin leur ancien appartement. Agréablement surpris pour tout avouer. Il aimait tant cet endroit et les moments qu’ils avaient passés ensemble comme des étudiants attardés comme elle le lui avait remarqué à son déménagement. Les lieux avaient toutefois changé. Désormais ce n’était plus des instruments de musique, des disques ou des livres de médecine qui traînaient parmi la vaiselle salle et les vêtements en désordre. Maintenant, tout était propre et même s’il y avait toujours quelques livres de chirurgie qui traînaient un peu partout, c’était surtout des jouets d’enfants qui occupaient la majeure partie de la superficie. Aidan était gâté pourri vu leur nombre impressionnant. Ce dernier était invité à un anniversaire d’une camarade des bacs à sable avec Joe. Ce qui permettait à la famille Kovac de se retrouver seule quelques heures et de souffler, raison pour laquelle Neela avait appelé Ray à la rescousse plutôt que Luka comme d’habitude. Elle faisait toujours passé les autres avant elle.

« Tu veux une bière ?
« Jamais de refus. »


Elle hocha la tête et revint de la cuisine avec deux bouteilles fraîches avant d’inviter Ray à s’asseoir dans leur vieux sofa qu’elle n’avait pas eu le courage ou l’envie de jeter. Il était toujours confortable, pourquoi s’en priver ? Ils burent leur bière en silence pendant quelques instants avant de le rompre tous les deux en même temps :

« Et sinon…
« Tu veux… »


Ils sourirent tous les deux et Ray l’invita à poursuivre en parfait gentleman :

« Ca a été ta semaine ? »

Le jeune homme gratta l’étiquette de sa bière, se concentrant dessus pour ne pas penser à l’erreur fatale qui aurait pu faire très mal. Il s’en voulait énormément et il avait prit à cœur le dossier Waldridge, trouvant pour les enfants le meilleur foyer et la meilleure famille d’accueil, veillant à ce que la mère soit internée. Bien évidemment, Neela était au courant. Rien ne se cachait au County.

« Je n’arrive pas à imaginer comment une mère peut lever la main sur ses enfants. »

Ray sourit.

« De la même manière qu’un père lève la main sur ses enfants. »

Elle fit une petite moue triste et hocha la tête de la même manière.

« Tu es une bonne mère Neela. »

Surprise, elle tourna la tête vers lui et l’interrogea du regard. Ca aurait été le moment idéal de le lui avouer ou de se pencher vers elle et l’embrasser mais il n’en fit rien, reportant son attention sur sa bière.

« Je suis au courant…pour ton accident. Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? »

Elle haussa les épaules, rougissante :

« Je pensais que je le méritais. »

Aussitôt, Ray tourna un visage indigné vers elle. Comment pouvait-elle dire ça ? Comment pouvait-elle même le penser ?

« Après ce que je t’ai fait subir…
« Neela, c’est moi qui ai bu plus que de raison ce soir-là. Moi qui suis rentré dans ce bar au lieu de rentrer sagement chez moi. Moi qui suis resté en plein milieu de la route. Tu n’y es pour rien là-dedans.
« Si je n’avais pas été si indécise. Si je ne t’avais pas appelé tu n’aurais pas été distrait… »


Il la prit dans ses bras et l’embrassa sur le sommet du crâne :

« Si tu n’avais pas appelé…

‘C’est volontairement que je me serai jeté sous les roues de ce camion.’

« Je serai peut être mort et pas seulement… »

Il fit un signe vers ses jambes et tapa des mains sur celles-ci.

« Bon, je vais y aller si tu n‘as plus besoin de moi. »

Neela sursauta. Elle ne voulait pas qu’il parte. Elle voulait qu’il reste. Elle avait besoin de lui. Mais elle ne lui avouerait jamais. Non ce n’était pas son genre. Elle se redressa également et lui sourit en se dirigeant vers la porte.

« Merci encore. Si tu n’avais pas été là, je serai encore en train d’essayer de déchiffrer le suédois.
« De rien, ça m’a fait plaisir. Si t’as besoin de quoi que ce soit, je suis là. »


Ils se sourirent, la jeune femme hochant la tête, leur regard se perdant l’un dans l’autre une fois de plus, leur cœur battant à la chamade. Neela se mordilla la lèvre inférieure tandis que tout son être brûlait de désir de toucher à nouveau les lèvres de Ray. Ce dernier pencha légèrement la tête pour la saluer alors qu’il avançait la main vers la poignée de la porte pour sortir.

« Je voulais de demander… »

Il laissa sa phrase en suspend et d’un seul geste, pris son visage en coupe et l’embrassa passionnément, la jeune femme répondant à son baiser sans réfléchir, dirigée par ce dernier vers le sofa, refermant la porte qu’elle avait déjà commencé à ouvrir. Dans un seul et même élan, ils tombèrent sur le sofa, leurs lèvres ne cessant de se goûter, de se chercher et de se dompter l’une l’autre. Dieu que sa peau était divine. Son odeur lui paralysait le cerveau. Ses mains brûlaient de la douceur de sa chair frôlée. Sous ses caresses, il la sentit se cambrer et ses lèvres dévièrent dans son cou, lui offrant un nid de chaleur apaisante tandis que son nez se perdait dans la soie de ses cheveux ébène. Il sentit ses mains errer dans son dos et se faufiler sous sa chemise et il se redressa pour la voir entièrement. Leurs regards se croisèrent l’espace de quelques secondes, approchant cet instant d’éternité, de bonheur et de joie absolue comme on en rencontre si peu dans sa vie.

« Je t’aime. Je n’ai jamais cessé de t’aimer. » lui avoua-t-il fébrile.

Peut être était-il allé trop vite. Mais non ! Ca faisait 7 ans. 7 ans qu’ils se connaissaient. 6 ans qu’il l’aimait sans même s’en rendre compte au début. 4 ans qu’il essayait de l’oublier dans les bras d’autres, sans succès. Quelques semaines qu’il avait abandonné tout espoir de se détacher d’elle. Le silence suite à cette déclaration fut étourdissant et il sentait sa tête au bord de l’explosion. Qu’elle dise quelque chose, n’importe quoi. Mais qu’elle dise quelque chose et ne reste pas à le fixer de cette manière, avec cette tendresse et ce désir mêlé dans ses yeux. Elle s’humecta la lèvre et alla chercher au plus profond d’elle-même ce qu’elle s’apprêtait à dire mais à ce moment son portable résonna.

Ray laissa tomber sa tête en arrière, résigné et se détacha d’elle alors que la jeune femme répondait à l’appel de la mère chez qui le goûter d’anniversaire était organisé. Il fallait qu’elle vienne chercher Aidan, ce dernier présentait les symptômes de la grippe et l’hôtesse ne souhaitait pas qu’il la refile à tout le monde.

« Tu veux que je t’accompagne ?
« Non merci. Ca va aller. »


Elle attrapa ses affaires, nerveuse, tant de ce qu’il venait de se passer avec Ray que de savoir son fils malade. Elle avait beau être médecin et traiter avec cette dernière tous les jours, c’était autre chose quand c’était votre enfant qui était concerné. Ils sortirent bientôt de l’appartement et il l’observa refermer. Non, il n’allait pas la laisser s’en tirer comme ça.

« Neela ?
« Oui ?
« Tu peux me promettre…que demain tu ne feras pas comme si rien ne s’était passé ? »


La chirurgienne se figea et entrouvrit la bouche mais aucun son n’en sorti. Elle pencha légèrement la tête et poussa un profond soupir avant de poser la main sur la nuque et de l’embrasser avec une tendresse et une douceur infinie. Une fois que leurs lèvres se descellèrent l’une de l’autre, leur corps s’épousant à la perfection, elle planta son regard dans le sien :

« Je t’aime, Ray Barnett. »

Un cœur pouvait-il exploser de bonheur ? Si oui, celui de Raymond Andrew Barnett tenta l’expérience sur le palier du deuxième étage de l’immeuble Carnegie juste sur Lincoln. Neela lui sourit joyeusement avant de poursuivre :

« Et je te promet de ne pas faire comme si je n’avais rien entendu ou dit demain. »

Elle le pensait vraiment. Elle voulait construire sa vie à ses côtés. Mais voilà. Ca faisait 7 ans qu’elle le connaissait. 6 ans qu’elle refusait de s’avouer ses propres sentiments. 4 ans qu’elle tentait de nier l’impact qu’il avait sur son cœur et sa vie. Quelques semaines qu’elle se jurait qu’elle ne serait heureuse qu’avec lui.

TBC…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée   Aujourd'hui à 21:27

Revenir en haut Aller en bas
 
On ne récolte pas toujours ce qu'on sème [ER-Reela] Terminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» toujours pas mon mail de confirmation
» En Pointe Toujours
» La vipère vs Un lannister paie toujours ses dettes
» J'ai toujours mal à l'oreille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Fan Art :: Fanfics-
Sauter vers: